FFCI

Les Forces Françaises en Côte d’Ivoire ont été créées le 1er janvier 2015 alors que l’opération Licorne s’achevait.

Les FFCI sont des forces de présence, positionnées sur le sol ivoirien, qui s’inscrivent dans la continuité de l’accord de partenariat de défense de 2012 entre la France et la Côte d’Ivoire.

► Voir +

Historique

L'opération Licorne

Après une tentative de coup d'état en Côte d'Ivoire, la France lance l'opération Licorne le 22 septembre 2002. Les forces déployées sur place sont chargées en premier lieu de protéger les ressortissants français mais doivent vite contrôler également le cessez le feu et soutenir le déploiement d'une mission de la CEDEAO (Communauté des États d'Afrique de l'Ouest) fin 2002. Les forces de l'opération Licorne se composent alors de 4000 soldats Français. Selon les autorités françaises, soutenues par une résolution des Nations Unies, cette interposition a permis d'éviter une guerre civile et de nombreux massacres. Cette opération a ainsi été le bras armé de l'action de maintien de la paix de l'ONU

La résolution 1528

Le 13 mai 2003, le Conseil de sécurité de l’ONU adopte la résolution 1479 qui rappelle « son soutien aux efforts déployés par la CEDEAO et la France » et décide la création d’une Mission des Nations unies en Côte d’Ivoire, la MINUCI. Toujours déployée en appui de la MINUCI, la force Licorne opère à partir du 1er juin 2003 dans la « zone de confiance », créée le même jour et qui tend à remplacer la ligne de cessez le feu. Elle appuie la mission de l’ONU dans la mise en place du programme DDR (Désarmement, Démobilisation et Réinsertion). La résolution 1528, adoptée le 27 février 2004 décide la création d’une force de casques bleus, l’ONUCI. Cette résolution autorise « les forces françaises à user de tous les moyens nécessaires pour soutenir l’ONUCI et en particulier à contribuer à la sécurité générale de la zone d’activité des forces internationales, aider à protéger les civils dans les zones de déploiement de leurs unités. » Alors que le mandat de Licorne évolue à mesure des décisions de la communauté internationale, la situation politique et sécuritaire dans le pays se dégrade après l’été 2004. La force Licorne évacue alors plus de 8 000 ressortissants. 

Les accords de paix

A partir de 2005, la situation sécuritaire se stabilise et s’améliore peu à peu, notamment grâce à la reprise du processus politique et la présence de l’ONUCI et de Licorne. Cette amélioration permet de réduire le format de la force Licorne, les effectifs sont progressivement ramenés à 4 000 militaires français puis peu à peu jusqu'à 2 900 militaires. De nouveaux accords de paix sont signés à Ouagadougou le 4 mars 2007. Ils prévoient notamment le démantèlement de la « zone de confiance », ce qui est progressivement fait à partir du 16 avril. L’évolution favorable de la situation sécuritaire et la disparition de la « zone de confiance » permettent à Licorne de réduire à nouveau ses effectifs et ses moyens en 2007. Les effectifs sont réduits à 1 800 militaires.

La résolution 1975

Au premier semestre 2009, Licorne se désengage de la base de Bouaké et réduit ses effectifs de moitié afin d’atteindre le format de 900 hommes. Licorne reste en soutien de l’ONUCI. En décembre 2009, les deux candidats présents au second tour, messieurs Ouattara et Gbagbo prêtent serment chacun de leur côté, se considérant chacun comme étant élus. Cette situation débouche sur une nouvelle phase de crise. Le pays plonge à nouveau dans la violence. la France renforce le dispositif Licorne avec 1 600 hommes. Le 30 mars 2011, la résolution 1975 autorise l’ONUCI et Licorne à agir pour protéger les populations, notamment en détruisant les armes lourdes des forces favorables à l’ancien président, Laurent Gbagbo. Celui-ci est arrêté le 11 avril par les forces ivoiriennes. Au total, durant la phase de crise du 31 mars au 16 avril, plus de 5 000 Ivoiriens et ressortissants français et européens ont été accueillis au camp de Port-Bouët. Environ 3 000 d’entre eux ont été évacués par des moyens aériens militaires vers des pays de la région.

La naissance des FFCI

Progressivement, la situation en RCI s’améliore et à l’été 2011, la force Licorne est réduite à 700 militaires. Un nouvel accord de coopération est signé en 2012 entre la France et la RCI. Cet accord est important car il consolide les engagements mutuels dans le domaine de la coopération militaire. Il permet notamment le maintien d’une présence militaire française permanente au-delà de la force Licorne. Le 21 janvier 2015, la France et les autorités ivoiriennes mettent fin à l’opération en créant une force de présence : les Forces Françaises en Côte d’Ivoire (FFCI), avec 450 hommes. Elles ont pour objectifs d’être à la fois le point d’appui des forces de présence sur la façade ouest-africaine et un réservoir de force rapidement projetable en cas de crise dans la sous-région.

En avant, Ensemble

Actualités

Une délégation des FFCI a mené une action civilo-militaire au profit d'orphelins de Port-Bouët, commune d'Abidjan où résident les militaires français.

- Le 12 juin 2019

Du 1er au 14 mars 2019, en Côte d’Ivoire, se tenait l’exercice interarmées TOURACO II impliquant les armées de Terre et de l’Air françaises et des unités des forces armées ivoiriennes.

- Le 09 avr 2019
 
 
 

Infos familles RCI - Abidjan

Les administrations du département, les services en ligne & les établissements partenaires...

Mode de garde des tout petits, les écoles, services d'aide à la scolarité, les établissements...

Préparer votre mutation, trouver une location, un bien immobilier, un prêt au meilleur taux,...

Pour vos sorties culturelles, sportives ou gastronomiques, entres amis ou en famille.... 

Choisir la catégorie.

    REVUES ET MAGAZINES    

Retrouvez les revues militaires disponibles au format pdf où en ligne. Pour voir toutes revues, cliquer sur "Voir plus"

  

- Le 19 juin 2019

  

- Le 07 juin 2019

  

- Le 01 avr 2019

  

- Le 25 mar 2019

  

- Le 18 jan 2019