L'ACTION SOCIALE DES ARMÉES (ASA)

Le rôle des assistants de service social

L’accompagnement social est réalisé par les assistants de service social, professionnels diplômés d’État et soumis au secret professionnel. Ils interviennent dans des domaines tels que la famille,la santé, le budget, le logement, l’emploi, permettant ainsi de compenser les sujétions professionnelles.

Ils assurent le soutien social des ressortissants, et plus particulièrement de ceux qui viennent à se trouver dans une situation accidentellement critique, source de difficultés familiales, personnelles et professionnelles.L’implantation du réseau social permet un accompagnement de proximité : les assistants de service social interviennent sur tout le territoire, au sein des unités, des hôpitaux, des cellules d’aide aux blessés,et en se déplaçant au domicile des ressortissants et de leur famille.

En complément de l’accompagnement psychosocial assuré au profit des ressortissants et de leur famille, les assistants de service social permettent l’accès aux dispositifs du droit commun (Caisse d’allocations familiales [CAF], Maisons départementales des personnes handicapées [MDPH], etc.) et aux prestations ministérielles et interministérielles :

  • Des secours et prêts peuvent répondre aux difficultés financières qui peuvent surgir au sein du foyer. L’aide financière, sous la forme d'un secours ou d'un prêt, est effectuée par l’assistant de service social, après analyse et évaluation, dès lors que la situation budgétaire le nécessite.Ils peuvent être versés sous une forme urgente.
  • La Prestation de soutien en cas d’absence prolongée du domicile (PSAD) est destinée aux familles du personnel absent du foyer pour pallier les conséquences d’un départ en mission opérationnelle ou d’une hospitalisation d'au moins huit jours consécutifs.

Le soutien des blessés et de leur famille

Par ailleurs, les militaires blessés ou malades en service ainsi que leur famille peuvent bénéficier de dispositifs spécifiques.

Lorsqu’un militaire est blessé, les assistants de service social de la formation ou du secteur géographique,immédiatement prévenus, prennent contact avec la famille (au sens large – conjoint, enfants, ascendants,fratrie, etc.). Ils assurent un accompagnement en étroite collaboration avec le commandement, ainsi que les acteurs sociaux institutionnels et externes au ministère, apportant conseils, orientation, soutien administratif et financier et soutien psychosocial.

Un partenariat volontaire et efficace (concrétise par un dossier unique informatise) est mis en place avec les acteurs tels que : la Caisse nationale militaire de sécurité sociale (CNMSS), les cellules d'aide aux blessés (terre, air, marine, Service de santé des armées [SSA]) et les bureaux de l'action sociale de la gendarmerie, le Service de santé des armées, l’ONACVG et les organismes de complémentaire santé et de prévoyance, les associations au profit des blesses OPEX.

Des aides matérielles et financières

En étroite liaison avec les dispositifs de droit commun (MDPH) et institutionnels (CNMSS), les assistants de service social, après évaluation médico-sociale, permettent aux blessés et à leur famille de bénéficier :

  • d’une aide humaine : aide ménagère à domicile, aide familiale, etc.
  • d’une aide matérielle : équipement du logement, aménagement du véhicule, etc.
  • d’une aide technique : appareillage, etc.

Un séjour gratuit pour les militaires blessés OPEX et leur famille

Les militaires blessés en opération (OPEX, faits de guerre, opérations de maintien de l’ordre, de sécurité publique ou de sécurité civile) peuvent bénéficier, ainsi que leur famille, d’un séjour d’une semaine de repos dans l’un des centres IGESA de leur choix (métropole, Corse ou département d'outre-mer)en pension complète, en demi-pension ou en location. Le lieu et la date du séjour sont choisis librement.

Des dispositifs protecteurs et des établissements spécifiques pour les enfants

Dans le cadre du statut pupille de la Nation et de la protection particulière, les enfants du personnel blessé ou décédé peuvent bénéficier d’aides financières par l’action sociale et les partenaires, tel l’ONACVG.

Les enfants pupilles de la Nation et les enfants d’anciens militaires d’active ayant quitté l’institution pour raisons de santé, à la suite d’une maladie ou d’une blessure reconnue imputable au service sont prioritaires pour l’accès en lycée militaire (établissement d’enseignement relevant du ministère des armées).

Par ailleurs, deux établissements spécialisés, situés à la Roche-Guyon (95) et à Sathonay, (69), permettent de répondre à un éventuel besoin de soutien à la parentalité pour les enfants âgés de 6 à 18 ans.

 

Pour en savoir plus sur l'ensemble des dispositiofs et des prestation :

Contactez votre assistant de service social de proximité ou de l’Hôpital d’instruction des armées (HIA) en consultant l’annuaire social : www.defense.gouv.fr

Retrouvez l’ensemble des prestations de l’ASA dans le Mémento Social : www.defense.gouv.fr

 

Droits : Ministère des armées