Chammal : fin de déploiement pour les fusiliers marins

Au Levant, ces fusiliers marins ont eu pour mission d’assurer la sécurité de la base aérienne projetée, 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7.

Evoluant dans des sections de protection mixtes Air/Marine au milieu du désert jordanien, le changement d’environnement a été conséquent pour ces marins, plus habitués à la défense des bases navales et à la lutte contre la piraterie et le narcotrafic.

Conjointement avec les commandos parachutistes de l’Air et les fusiliers de l’Air des escadrons de protection, ils ont œuvrés au quotidien pour la sécurité de la base en réalisant patrouilles, contrôles de véhicules et filtrage des personnels. Ils ont également armé le Joint Defense Operations Center, point névralgique en charge de contrôler et coordonner la sécurité de la base.

Leur mission a également été rythmée chaque semaine par l’organisation de séances de tir et d’instruction au secourisme au combat pour leur propre entraînement, et pour celui de tous les personnels déployés sur la BAP. 
 

Le désengagement du troisième et dernier plot mixte de l’année 2017 marque la fin du déploiement de la Marine nationale sur BAP. Il a démontré la capacité de tous les militaires français à s’unir pour accomplir la mission.

Lancée depuis le 19 septembre 2014, l’opération Chammal représente la participation française à l’opération Inherent Resolve et mobilise aujourd’hui près de 1 200 militaires. A la demande du gouvernement irakien et en coordination avec les alliés de la France présents dans la région, l’opération Chammal repose sur deux piliers complémentaires : un pilier « formation » au profit d’unités de sécurité nationales irakiennes et un pilier « appui » consistant à soutenir l’action des forces locales engagées au sol contre Daech et à frapper les capacités militaires du groupe terroriste.

Sources : État-major des armées 
Droits : Ministère de la Défense