BA 702

Base aérienne 702 - AVORD


PRÉSENTATION DE LA BASE AÉRIENNE 702

La base aérienne 702 Avord « Capitaine Georges Madon » de l'armée de l'air française est la seconde plus grande base aérienne de France après la base aérienne 125 Istres-Le Tubé. Aujourd’hui forte d’un effectif d’environ 2 400 officiers, sous-officiers, militaires du rang, et personnel civil, la base aérienne 702 (BA 702) est la première « entreprise » du Cher. Outil de combat réactif et permanent, elle constitue le coeur de la base de défense de Bourges-Avord dont le commandant de base assure le commandement. A ce jour, la base aérienne d'Avord dispose de 4 pôles de compétences :
  • la vocation d'école aérienne,
  • la surveillance aérienne,
  • la défense sol-air,
  • la dissuasion nucléaire. 

A ces unités des forces viennent s'ajouter les services opérationnels, techniques aéronautiques et gestion synthèse, et des unités "d'aide au commandement"  :

  • les services opérationnels avec l’Escadron de protection (EP), l’Escadron des services de la circulation aérienne (ESCA) (qui traite environ 40 000 mouvements par an, équivalent aux aéroports de Nantes et Strasbourg) et l’Escadron de sécurité incendie et sauvetage (ESIS) ;
  • les services techniques aéronautiques qui regroupent l’ensemble des unités chargées de la maintenance, aussi bien aéronautique que matériels communs avec l’Escadron de soutien technique aéronautique AWACS et l’Escadron de soutien des matériels d’environnement (ESME) ;
  • les autres services nécessaires à l’accomplissement des missions dévolues à la base, tels que le service des essences des armées, le centre interarmées des réseaux d’infrastructures et des systèmes d’informations…

IMPLANTATION

Implantée sur les communes d'Avord, de Farges-en-Septaine et de Savigny-en-Septaine, à une vingtaine de kilomètres de Bourges, son emprise s'étend sur plus de 1100 hectares dont près de 880 sont clôturés. Elle est le premier employeur du Cher mais également l'une des toutes premières entreprises du département par les flux financiers qu'elle induit. Sa position privilégiée au centre de la France en fait une des bases majeures du dispositif de l'Armée de l'air et une plateforme essentielle pour notre pays. En plein développement, son intérêt stratégique va croissant. Grande entreprise, la base d'Avord se sent véritablement intégrée dans la région, au développement de laquelle elle est heureuse de contribuer.

Elle se situe en bordure nord de la route départementale 976 reliant Bourges à Nevers, et du champ de tir de la DGA techniques terrestres (DGA TT) qui dépend de la Direction générale pour l’armement (DGA).
Elle est constituée de deux enclaves principales : la base en elle-même et le dépôt principal des munitions centre (DPMu Centre), excroissance de 180 hectares à l’ouest de la piste.

♦ LA BASE AÉRIENNE 702 "Capitaine Georges Madon" D'AVORD ♦

L'insigne porte les armes de bourges, encadrées par les ailes de l'armée de l'air et surmontées d'un dragon symbolisant la force, le dragon étant survolé par une comète verte dont nous ignorons l'origine. Deux modèles se sont succédés, l'un marqué Base Ecole 702 et l'actuel marqué Base aérienne 702.

Base aérienne 702 - Armée de l'Air
12 Avenue de la Marne - 18520 Avord
Tél : 02 48 68 40 00

Les unités opérationnelles

Les 4 pôles de compétence majeurs de la BA 702 :
  • la vocation d'école aérienne, dont la mission est assurée par l'école de l'aviation de transport (EAT),
  • la surveillance aérienne, dont la composante principale est  l'escadron de détection et contrôle aéroportés (EDCA),
  • la défense sol-air assurée conjointement par l'escadron de défense sol-air (EDSA), le centre de formation de la défense sol-air (CFDSA) et l'escadron de soutien technique sol-air (ESTSA),
  • la dissuasion, dont la mission est d'assurer le stockage,  la maintenance et la mise en oeuvre des missiles ASMPA dans le cadre d'une prise d'alerte.

La vocation d'école aérienne

Héritière de la tradition de formation du camp d’Avord qui fut le premier centre d’instruction des pilotes de combat, il y a presque un siècle, l’Ecole de l’aviation de transport (EAT) 00.319 «Capitaine Jean Dartigues» a pour mission de former les pilotes de transport militaire du ministère de la Défense. Tout comme leurs grands anciens, ces pilotes sont appelés à participer aux opérations et aux engagements militaires de la France.

Depuis de nombreuses années, l’EAT met aussi son savoir-faire à la disposition des pays alliés, en prenant en charge l’instruction de leurs pilotes de transport militaire. Cette vocation internationale de l’EAT a été encore confirmée par la formation de pilotes belges.

Cette démarche marque la volonté d’une ouverture vers l’Europe des capacités de formation de l’armée de l’air et participe ainsi à la construction de l’identité européenne de la défense.

La surveillance aérienne

Implanté sur la base depuis 1990, l’Escadron de détection et contrôle aéroportés 00.036 (EDCA) "Berry" est équipé des 4 avions radars Boeing E-3F Awacs dont dispose la France (voir vidéo). Ce système de détection aéroporté possède une autonomie de 12 heures sans ravitaillement en vol et assure principalement le pistage et la transmission des raids hostiles détectés, le guidage des avions de défense aérienne en interception haute, moyenne ou basse altitude, le suivi et le recueil des missions offensives. A ces missions aux abords et au-dessus du territoire national peuvent s’ajouter ou se substituer des missions hors métropole, de protection et de soutien des forces navales ou terrestres, des opérations de recherche et sauvetage, des opérations conjointes avec les douanes et la police de l’air et des frontières.

S’ajoutent à ces moyens spécifiques les différents systèmes de surveillance, d’information et de communications dont dispose la Base de Défense en terme d’installations fixes : station hertzienne à Henrichemont, radars, système Socrate...

La défense sol-air

Cette compétence s’articule autour de l’Escadron de défense sol-air (EDSA) 02.950 "Sancerre" qui dispose du système d'arme Crotale NG et de canons bitube 20 mm pour assurer la défense anti-aérienne à basse et très basse altitude et le système d’armes sol-air moyenne portée terrestre « MAMBA ».

Depuis 1997, date de sa création, le Centre de formation de la défense sol-air (CFDSA) 14.950 a pour mission d'assurer la formation des personnels opérateurs et techniciens appelés à servir les systèmes d'armes SAMP/T (sol-air moyenne portée terrestre) et Crotale NG. Cette unité est également chargée de la mise en œuvre des simulateurs associés à ces deux systèmes.

La 4e compagnie opérationnelle du génie de l’air assure le maintien en condition des bases aériennes en France, en outre-mer comme à l’étranger.

La dissuasion nucléaire

Depuis 1966, la BA 702 d’Avord participe directement à la mission de dissuasion nucléaire. Elle stocke, assure la maintenance et met en oeuvre les missiles ASMP-A au sein du dépôt vecteur armement. Elle accueille l’escadron de chasse « Lafayette », stationné en temps normal à Luxeuil, qui dispose sur la base des installations nécessaires à l’armement et à la prise d’alerte des Mirage 2000N conjointement avec la prise d’alerte des avions ravitailleurs Boeing C-135FR du groupe de ravitaillement en vol « Bretagne » stationné sur la base d’Istres.

La base abrite les unités suivantes :

  • le 36e escadron de détection et de contrôle aéroportés EDCA 00.036 « Berry » équipé de 4 Boeing E-3F4 ;
  • l'école de l'aviation de transport 00.319 sur Embraer EMB-121 Xingu (23 Xingu)5 ;
  • l'escadron de défense sol-air 02.950 Sancerre et ses lanceurs Crotale ;
  • le centre de formation de la défense sol-air 14.950 ;
  • l'escadron de transport de matériels spécialisés 91/523 ;
  • la 4e compagnie opérationnelle du génie de l'air.

 

ÉQUIPEMENTS AÉRO

La BA 702, base à vocation nucléaire, demeure un lieu de déploiement des Forces aériennes stratégiques (FAS) tout particulièrement au profit des Escadrons de chasse (« Lafayette » sur Mirage 2000 N, « Gascogne » sur Rafale), ainsi que du groupe de ravitaillement en vol (GRV « Bretagne » sur C135).

 

► EMB 121 XINGU (École de pilotage de base)
► E3F SDCA AWACS (Détection et commandement aéroportés)

 

► MIRAGE 2000 N (Assaut nucléaire et conventionnel)
► C 135 FR (Ravitaillement en vol)
► RAFALE (Chasseur multi-rôles)

 

VIDÉOS

Sources : Ministère de la Défense, Base aérienne 702