Point de situation du 6 au 12 avril 2018

FAG

LUTTE CONTRE LA PECHE ILLICITE

  • Une mission permanente et prioritaire

La lutte contre la pêche illégale est une mission prioritaire de l’État en Guyane. Elle vise à garantir la souveraineté de la France sur les eaux placées sous sa juridiction, à répondre aux engagements internationaux pris par la France dans le domaine de préservation des ressources halieutiques, et à combattre les activités maritimes illicites.

  • … mobilisant l’ensemble des services de l’Etat…

Pour les forces armées, la mission de lutte contre la pêche illicite mobilise un large spectre de moyens : moyens satellitaires et aéronefs (Casa et Fennec de l’armée de l’air, ou Falcon 50 de la marine nationale en renfort depuis la métropole) pour la détection des éventuels contrevenants, patrouilleurs légers guyanais, vedettes côtières de surveillance maritime, embarcation relève filet pour leur interception et leur déroutement, et gendarmerie maritime pour le démantèlement des filières de trafic.

  • … confrontés à des pêcheurs illégaux organisés…

Les pêcheurs étrangers qui viennent piller les ressources françaises sont souvent très déterminés et bien organisés. Ils ne rentrent dans les eaux françaises qu’à la faveur de la nuit et disposent souvent de réseaux d’informateurs surveillant les mouvements des moyens français. La lutte contre la pêche illégale en Guyane est donc une mission difficile qui nécessite permanence, persévérance, discrétion et adaptation.

  • … et parfois violents

Dans leur mission de lutte contre la pêche illicite, les forces armées en Guyane sont confrontées à des pêcheurs de plus en plus violents, s’opposant par la force aux contrôles, et obligeant ainsi les équipes de visite des bâtiments à faire usage de leurs armes à létalité réduite.

Au cours des trois dernières semaines, trois navires en action de pêche illicite se sont violemment opposés aux contrôles des bâtiments français. Ces contrôles peuvent aboutir à une amende, le rejet à la mer des poissons pêchés, la confiscation des apparaux de pêches, voire la saisie puis la destruction des bateaux.

  • Mais dont les résultats intermédiaires pour l’année 2018 sont très encourageants

Alors que la saison de pêche en Guyane vient seulement de commencer (mi-mars), le bilan des opérations de lutte contre la pêche illégale en Guyane est d’ores et déjà très encourageant.

Depuis le début de l’année, 18 navires ont été contrôlés en infraction dans nos eaux. Ces contrôles ont entrainé 4 déroutements et 12 traitements administratifs. 3 navires en action de pêche illicite, 52 km de filet et 13 tonnes de poissons ont été saisis.

Après ces premiers résultats conséquents, les forces armées en Guyane restent néanmoins vigilantes et mobilisées, attentives à tout éventuel retour de pêcheurs illégaux dans les eaux françaises : la surveillance permanente de notre zone économique exclusive guyanaise se poursuit.

ALINDIEN

JEANNE D’ARC : EXERCICE MARITIME FRANCO-INDIEN VARUNA PHASE 2

  • Le Groupe Jeanne d’Arc en exercice avec la marine indienne

Du 7 au 8 avril, le groupe « Jeanne d’Arc » composé du bâtiment de projection et de commandement « Dixmude » et de la frégate type La Fayette « Surcouf » a participé à la seconde phase de l’exercice franco-indien « Varuna » 2018. L’exercice conjoint s’est tenu au large de Chennai en Inde.

Côté indien, deux frégates ont participé à l’exercice, le « Rana » et le « Kirsch ».

L’exercice a été l’occasion de réaliser des entrainements de lutte antiaérienne, de tirs, de manœuvre et de visites de bâtiments ainsi qu’une démonstration amphibie au profit des Indiens.

Le Groupe « Jeanne d’Arc » 2018 poursuit maintenant son déploiement vers l’Asie du Sud-Est, où il prendra part à d’autres exercices de coopération.

CHAMMAL

SITUATION MILITAIRE DU THEATRE

Sur le théâtre irako-syrien, les opérations se poursuivent. Les objectifs restent inchangés : défaire les dernières poches terroristes en Syrie et renforcer la sécurisation du territoire irakien.

  • Poursuite des combats en Syrie

En Syrie, sur la rive orientale de l’Euphrate, la Coalition continue d’appuyer les forces démocratiques syriennes luttant contre les dernières poches de Daech.

Cette semaine, ces dernières ont repris à Daech une vingtaine de km2 de champs pétroliers, les privant ainsi de sources de revenus.

  • Poursuite des actions de sécurisation en Irak

En Irak, les forces de sécurité irakiennes maintiennent un maillage territorial important et efficace.

Elles assurent actuellement la sécurisation du pèlerinage d’Al Khadim, qui se déroule jusqu’au 13 avril et devrait attirer de l’ordre de 8 millions de pèlerins à Bagdad. Jusqu’à aujourd’hui, aucun incident n’est à déplorer, démontrant l’amélioration de la situation sécuritaire en Irak et l’autonomie croissante des forces de sécurité irakiennes.

En parallèle, les opérations de sécurisation menées par les forces de sécurité irakiennes se poursuivent à un rythme élevé. Cette semaine, en Ninive, plus de 600 engins explosifs improvisés et 3000 détonateurs ont été détruits, et plusieurs terroristes arrêtés.

ACTIVITE DE LA FORCE

  • Les Task Force Monsabert et Narvik poursuivent la formation des forces de sécurité irakiennes

En Irak, le rythme des actions de formation se maintient à un niveau élevé afin d’amener l’armée irakienne vers toujours plus d’autonomie.

Les instructeurs du pilier formation sont actuellement impliqués dans de nombreux stages au profit de près de 300 soldats des forces de sécurité irakiennes.

  • La formation des forces de sécurité irakiennes : un effort collectif

Les instructeurs des Task Force Monsabert et Narvik travaillent régulièrement aux côtés des détachements d’instructeurs fournis par les autres membres de la coalition.

Ces dernières semaines la TF Narvik s’est ainsi engagée aux côtés de soldats polonais dans l’instruction d’une quarantaine de tireurs d’élite de l’Iraki Counter Terrorism Service (ICTS).

Dans le même temps, la TF Monsabert, accompagnée de spécialistes de la TF Wagram, a renforcé les instructeurs norvégiens chargés de la formation de la 7e division d'infanterie irakienne pour apporter leur expertise à une campagne de tir de canon 155 mm.

La TF Monsabert réalise également de façon régulière des actions de formations conjointes avec les instructeurs espagnols du Mobile Training Team (MTT), dont la mission est de renforcer ponctuellement les autres équipes d’instructeurs chargés de la formation de la 7edivision d’infanterie irakienne.

  • La Task Force Wagram en appui des opérations de sécurisation

La Task Force Wagram poursuit son appui aux opérations de sécurisation menées par les forces de sécurité irakiennes dans la vallée de l’Euphrate. Cette semaine, cinq missions de tirs, trois d’éclairement et deux d’interdiction, ont été réalisées (bilan du 4 au 10 avril).

Depuis le début de sa mission, la TF Wagram a réalisé 1648 missions de tirs.

  • Les bases aériennes en Jordanie et aux EAU en appui des opérations

L’activité des forces aériennes françaises engagées dans l’opération Chammal se concentre sur l’appui aux forces démocratiques syriennes engagées dans la vallée de l’Euphrate pour réduire les deux dernières poches de Daech en Syrie.

Dans ce cadre, les aéronefs engagés dans l’opération Chammal ont réalisé cette semaine 23 sorties aériennes en appui des forces locales engagées au sol (bilan du 4 au 10 avril). Aucune frappe n’a été réalisée.

Bilan total depuis le 19/09/14 :

7965 sorties / 1448 frappes / 2238 objectifs neutralisés.

BARKHANE

APPRÉCIATION DE SITUATION

  • Situation sécuritaire

La situation sécuritaire dans le nord du Mali a été marquée cette semaine par une attaque au mortier contre le camp de la MINUSMA d’Aguelhok. Aucun autre incident sécuritaire notable n’est à déplorer dans le nord du Mali.

Dans le centre du Mali, en revanche, quatre nouvelles victimes civiles sont à déplorer cette semaine. Elles ont été tuées suite à l’explosion d’un engin explosif improvisé au passage de leur véhicule, portant à 60 le nombre de civils tués depuis le début de l’année par des engins explosifs improvisés posés par les terroristes.

ACTIVITÉ DE LA FORCE

  • Poursuite des opérations dans la zone des trois frontières…

La Force Barkhane poursuit son effort dans la région des trois frontières au côté des forces armées maliennes et en coordination avec les forces armées nigériennes.

Les opérations de contrôle de zone se concentrent plus particulièrement dans les régions de Ménaka et d’In Delimane, ainsi que le long de la frontière entre le Mali et le Niger.

  • … qui permettent de continuer à réduire la capacité d’action des groupes armés terroristes sévissant dans la zone

Au cours de la semaine écoulée, une vingtaine de terroristes, vraisemblablement de l’EIGS, ont été mis hors de combat dans la zone des trois frontières, soient tués, soient capturés, et remis aux autorités compétentes en fonction du côté de la frontière où ils ont été interceptés.

Ces résultats ont été obtenus entre le 6 et le 10 avril au cours de patrouilles de sécurisation menées dans le sud-ouest de Ménaka à proximité d’Akabar.

  • Tout en maintenant la pression sur les groupes armés terroristes sévissant dans le nord du Mali

Dans la nuit du 5 au 6 avril, Barkhane a mené une opération d’opportunité contre un groupe armé terroriste. Menée à environ 140 km au nord de Tombouctou, cette opération a permis de mettre hors de combat cinq terroristes et de saisir des armements individuels et collectifs.

  • Tout en poursuivant ses actions au profit de la population locale

Le 07 avril 2018, une aide médicale à la population a été organisée dans la ville de Ménaka, en collaboration avec la Direction Régionale de la Santé de la ville.

Le médecin de Barkhane, les deux infirmiers ainsi que le médecin du centre de la ville de Ménaka ont pu travailler en collaboration étroite pour ausculter et soigner une cinquantaine de patients.

  • Sorties air hebdomadaires (bilan du 4 au 10 avril inclus)

37 sorties chasse / 23 sorties RAV ISR / 34 sorties transport.

Total : 94 sorties (109 la semaine dernière).

Sources : État-major des armées 
Droits : Ministère de la Défense