Point de situation du 30 novembre au 6 décembre

KOWEIT
EXERCICE PEARL OF THE WEST

L’exercice franco-koweitien Pearl of the West 2018 a pris fin le 29 novembre dernier après deux semaines d’entraînement incluant des exercices de tir réel. 
Pendant près de deux semaines, quelque 1100 militaires français se sont ainsi entraînés avec leurs homologues koweitiens en terrain désertique, dans les airs et dans les eaux du golfe arabo-persique. 
Le double objectif de mise en œuvre d’une structure bilatérale de commandement de niveau opératif et de conduite d’une manœuvre interarmées sur le terrain a été atteint. 
Organisé tous les quatre ans, Pearl of the West permet de renforcer l’interopérabilité des armées françaises et koweitiennes et de les préparer au combat en milieu désertique. Cet entraînement démontre enfin la capacité française à projeter, dans la région, les forces stationnées aux Emirats arabes unis puisque plus de 90% des matériels majeurs et un tiers des effectifs des FFEAU ont été projetés.

CHAMMAL
SITUATION MILITAIRE DU THEATRE

  • Offensive contre les dernières poches de Daech en Syrie

Dans la région d’Hajine, dans la moyenne vallée del’Euphrate, profitant de conditions météo défavorables, Daech a lancé à nouveau des offensives contre les positions des forces démocratiques syriennes (FDS). Celles-ci se sont heurtées à des frappes aériennes et des tirs d’artillerie de la coalition. Au bilan, la ligne de front n’a pas évolué cette semaine.

  • Poursuite des actions de sécurisation en Irak

En Irak, la situation est inchangée. Les opérations des forces de sécurité irakiennes (FSI) se poursuivent. A la frontière, l’effort visant à contrer toute tentative d’action d’infiltration de Daech depuis la Syrie est maintenu. 
ACTIVITE DE LA FORCE
Le dispositif français déployé au Levant n’a pas évolué. La frégate légère furtive Aconit patrouille actuellement en Méditerranée orientale dans le cadre de la fonction stratégique connaissance et anticipation.

  • La Task Force Wagram en appui de l’offensive contre les dernières poches de Daech présentes dans la vallée de l’Euphrate

La Task Force (TF) Wagram appuie les forces démocratiques syriennes contre Daech dans la région d’Hajine. 
De façon à assurer une précision maximale des tirs, Wagram dispose de la nouvelle station météo baptisée SEPHIRA (Station d’Elaboration de Profils atmospHérIques et Radiosondage pour l’Artillerie) qui permet de transmettre aux pièces d’artillerie les éléments atmosphériques influant sur la trajectoire des obus : force et direction du vent, température, taux d’humidité ou encore pression atmosphérique.
De plus, cette semaine ont été employés, pour la première fois en opération, les obus Bonus, qui sont des munitions antichars à effet dirigé, de précision métrique. Chaque obus Bonus dispose de deux charges militaires, ce qui permet de détruire deux véhicules blindés avec une seule munition. Ainsi, le 3 décembre, alors qu’une colonne de véhicules de Daech est détectée, la TF Wagram a reçu l’ordre de lui barrer la route. Après un premier tir de barrage, Daech contourne la zone et relance son action. Ordre est alors donné à Wagram de détruire la colonne. Au bilan, l’emploi de 4 obus Bonus a permis la neutralisation de 8 véhicules blindés.
La TF Wagram a réalisé, depuis le territoire irakien, 61 missions de tir (24 éclairement, 37 destruction – bilan du 28 novembre au 4 décembre inclus). 
Depuis le début de son engagement, la Task Force Wagram a réalisé 2288 missions de tirs.

  • Les bases aériennes en Jordanie et aux EAU en appui des opérations

Les aéronefs français basés en Jordanie et aux Émirats arabes unis poursuivent leurs actions contre Daech, au sein de la coalition.
Cette semaine, les aéronefs de l’opération Chammal ont réalisé 16 sorties aériennes (bilan du 28 novembre au 4 décembre inclus). Les Rafale français ont conduit 1 frappe cette semaine sur des combattants de Daech.
Bilan total de l’action du pilier appui aérien depuis le 19/09/14 :
8688 sorties / 1482 frappes / 2283 objectifs neutralisés.

  • Les Task Forces Monsabert et Narvik poursuivent leurs missions de formation

La Task Force (TF) Monsabert poursuit sa mission d’assistance et de conseil de l’état-major de la 6ème division irakienne.
La TF Narvik, poursuit sa mission de formation et de conseil de l’Iraki Counter Terrorism Service (ICTS), notamment dans les domaines suivants : mise en œuvre d’armes lourdes, combat motorisé, lutte contre les engins explosifs improvisés, sauvetage au combat et tir de précision.

BARKHANE
APPRÉCIATION DE SITUATION

  • Situation sécuritaire

Au Mali, la situation sécuritaire n’a pas évolué dans la zone d’opération de Barkhane. 
ACTIVITÉ DE LA FORCE

Le dispositif Barkhane n’a pas connu d’évolution particulière.

  • Les opérations dans la région du Liptako se poursuivent

Barkhane poursuit ses opérations de reconnaissance, de fouille, tout comme les actions ponctuelles visant à permettre le démantèlement de réseaux tout en appuyant ponctuellement des opérations menées par les FAMa dans d’autres régions. Cette semaine  du 29 novembre au 04 décembre, le GTD infanterie a par exemple appuyé une opération de reconnaissance et le contrôle de zone conduite par les forces armées maliennes (FAMa) à l’ouest de Tombouctou, dans la région de Goundam.

  • Ravitaillement logistique

Au mois de novembre, pendant une quinzaine de jours, un convoi de ravitaillement a fait l’aller-retour entre Gao et Tessalit pour ravitailler ce camp situé au nord du Mali en eau, nourriture, munitions, carburant, pièces détachées, pneus… 
Pour permettre au convoi, composé d’une centaine de véhicules militaires et civils, de parcourir en sécurité les 1200 km de désert qui séparent ces deux camps, une véritable opération interarmées a été mise sur pieds.
Conduite par le bataillon logistique qui assure son auto protection et la reconnaissance en avant du convoi, cette manœuvre demande des renforts. Le groupement tactique désert blindé assure ainsi la reconnaissance et la sécurisation de points de passages particuliers. La composante aérienne de Barkhane procure un appui aérien constant pour éviter toute surprise. 
Pour parer la menace des engins explosifs improvisés, Barkhane dispose d’engins de génie spécialisés baptisés SOUVIM (système d’ouverture d’itinéraires minés).

  • Moyens de transmission

Pour coordonner l’action des forces dans cette zone d’opération de 8 millions de km2, les transmissions constituent un défi majeur. Pour faire face aux besoins en systèmes d’information et de communication à haut débit, Barkhane a accueilli mi-novembre, le nouveau système de télécommunication COMCEPT (besoins complémentaires en communications d’élongations de projection et de théâtre). Les stations COMCEPT, de différents types, sont en cours de déploiement sur les bases françaises et viendront compléter, une fois en service, les stations SYRACUSE déjà en place.

  • Formation des forces locales

Depuis le 26 novembre, 6 lieutenants issus de 5 régiments d’infanterie et de génie maliens sont immergés au sein du GTD infanterie à Gao. Ils agissent au quotidien en doublure des chefs de section français et sont formés à la manipulation des engins de génie, à la conduite à tenir face à une menace IED et à la mise en œuvre des transmissions. Ils participent également aux opérations menées par les unités françaises.

  • Actions au profit de la population

A N’Djamena, une compagnie de la force Barkhane a réalisé la réfection d’un stade de football localisé près de la base aérienne 172. 
Au Niger, dans la région d’Aguélal, les médecins et infirmiers français ont apporté une aide médicale à la population d’Arlit le 22 novembre et de Gougaram le 27 novembre. Une soixantaine de consultations ont pu être réalisées.
Sorties air hebdomadaires (bilan du 28 novembre au 4 décembre inclus)
30 sorties chasse / 26 sorties RAV ISR / 39 sorties transport
Total : 95 sorties (106 la semaine précédente)

Sources : État-major des armées 
Droits : Ministère de la Défense