Point de situation du 21 au 27 septembre

OCÉAN INDIEN

CTF 150

La frégate de surveillance Floréal et la frégate légère furtive « Courbet », appuyées par unFalcon 50, sont déployées en Océan indien en soutien de la Combined Task Force 150, qui a pour mission de participer à la lutte contre les trafics et les activités illicites (drogues, armes) liées au terrorisme.

Dans ce cadre, la frégate de surveillance Floréal, qui patrouillait dans le nord du Golfe d’Aden, a réalisé deux saisies de cannabis, les 23 et 24 septembre.

Le 22 septembre, le Floréal localise, au moyen de son hélicoptère Panther, un boutre au comportement suspect au large des côtes omanaises. Après l’avoir pisté discrètement, c’est au lever du soleil, le 23 septembre, que l’équipe de visite du Floréal monte à bord du « client » pour réaliser une enquête de pavillon. Après que l’équipage du boutre n’a pu confirmer l’appartenance à un pavillon, l’équipe de visite a débuté la fouille du navire. Au bilan, ce sont 191 ballots de résine de cannabis pour un poids total de 3,9 tonnes qui sont saisis.

À peine la marchandise a-t-elle été transférée à bord, qu’un nouveau boutre au comportement suspect, sans nationalité, est détecté par l’hélicoptère du Floréal. Le 24 septembre, après près de 10 heures de fouille, ce sont 166 ballots représentant 3,5 tonnes de résine de cannabis qui sont découverts.

En deux jours, près de 7,5 tonnes de drogue ont été saisies. Depuis le début de l’année, près de 15 tonnes de drogue (1,4 tonne d’héroïne et 13,4 tonnes de cannabis) ont été saisies par les bâtiments français, sur un total d’environ 40 tonnes saisies par la CTF 150.

AFRIQUE DE L’OUEST

FFCI – CORYMBE

Après avoir patrouillé conjointement avec une frégate marocaine, le bâtiment de projection et de commandement (BPC) Mistral est en route vers le Golfe de Guinée, escorté par leCommandant Ducuing.

Ils participeront début octobre à l’exercice amphibie Puma II qui mobilisera également le 43e bataillon d’infanterie de marine (43e BIMa) basé à Port Bouët, près d’Abidjan. 

Cette séquence de préparation opérationnelle verra ainsi, marins et marsouins, travailler les différentes techniques de l’amphibie : mise en œuvre de la batellerie, techniques de plageage et de débarquement, mais aussi le commandement et le contrôle des différentes composantes, ainsi que la mise en œuvre des hélicoptères Gazelle sur le BPC et enfin de la lutte contre une menace asymétrique provenant de la mer.

Avant la phase de projection des forces devant débuter le vendredi 5 octobre, une période de qualification permettra d’acculturer les conducteurs de véhicules tactiques aux signaux de guidage ainsi qu’à l’embarquement/débarquement à bord de la batellerie et du BPC.

Un détachement de fusiliers-marins portugais sera associé à cet exercice et remplira notamment des missions d’autoprotection de la batellerie et de sécurisation des points de plageage.

 

RCA

EUTM - RCA

Renouvellement du mandat de l’EUTM-RCA

Lancée le 16 juillet 2016 à la demande du gouvernement centrafricain pour une durée de deux ans, la mission de l’EUTM-RCA a été reconduite jusqu’en 2020, le 20 septembre 2018.

Rassemblant près de 200 militaires de 11 nations, dont une quarantaine de Français qui représentent le 2e contingent après les Portugais, l’EUTM-RCA intervient dans trois domaines : la formation, l’entraînement opérationnel et le conseil stratégique. Elle intervient ainsi tant dans le domaine des opérations, que dans celui de la politique de défense.

En 2 ans, les militaires français servant au sein de l’EUTM-RCA ont participé au conseil, à la formation et à l’entraînement de plus de 3000 soldats centrafricains, hommes et femmes.

Trois bataillons d’infanterie déployables ont ainsi été formés par l’EUTM, et des instructions spécifiques ont été dispensées à 886 officiers et sous-officiers centrafricains.

Par ailleurs, l’EUTM-RCA a permis la réintégration de 232 anciens rebelles au sein de l’armée centrafricaine dans le cadre du programme national de désarmement, démobilisation, réintégration et rapatriement (DDRR).

EUTM-RCA contribue au développement

Du 2 au 22 septembre 2018, des sapeurs centrafricains du bataillon de génie de Bangui ont construit un pont au-dessus de la Libo, à Zinga, dans le sud du pays, avec le soutien d’un détachement de l’EUTM-RCA incluant deux conseillers techniques français.

Ce projet, initié en mars, a demandé de démonter un pont en acier et de le transporter sur plus de 170 km avant sa réinstallation à Zinga.

Ce pont, a été inauguré en présence de la ministre de la Défense centrafricaine, Mme Koyara. Il permettra à la ville de Zinga de sortir de l’isolement, favorisera l’accès des ONG à la population locale ainsi que les échanges commerciaux avec les pays limitrophes.

 

LIBAN

DAMAN – EXERCICE STEEL STORM

Comme tous les ans, le contingent français armant la Force Commander Reserve (FCR) de la Force intérimaire des Nations unies au Liban (FINUL) a organisé un exercice de tirs coordonnés, Steel Storm. Il s’est tenu, cette année, du 17 au 21 septembre. Rassemblant plus de 700 soldats de 13 nations, il a permis de tirer tant à l’arme individuelle qu’avec les armements de bord, et d’organiser des démonstrations dynamiques impliquant les différentes forces présentes au Sud-Liban.

Au bilan, ce sont une centaine de soldats libanais et quelque 600 soldats de la FINUL, dont la compagnie finlandaise de la FCR, qui ont pu s’entraîner conjointement.

CHAMMAL

SITUATION MILITAIRE DU THÉÂTRE

Offensive contre les dernières poches de Daech en Syrie

L’opération pour reprendre la poche d’Hajine dans la moyenne vallée de l’Euphrate, lancée le 10 septembre, progresse face à Daech qui a minutieusement organisé la défense de son dernier bastion territorial. La coalition appuie cette opération par ses capacités de renseignement et des frappes ciblées qui visent à réduire le potentiel militaire des terroristes.

Poursuite des actions de sécurisation en Irak

En Irak, les forces de sécurité irakiennes (FSI) poursuivent leurs opérations de sécurisation. Daech a mené cette semaine quelques attentats ponctuels. La pression est maintenue sur les djihadistes, de façon que la vie quotidienne de la population reprenne un cours normal.

 

ACTIVITÉ DE LA FORCE

Le dispositif français déployé au Levant n’a pas évolué.

La Task Force Wagram en appui de l’offensive contre les dernières poches de Daech présentes dans la vallée de l’Euphrate

La Task Force Wagram continue d’appuyer l’offensive des forces démocratiques syriennes pour reprendre la poche d’Hajine.

Cette semaine, les trois canons CAESAR de la TF Wagram ont réalisé, depuis le territoire irakien, 4 missions de tirs d’éclairement (bilan du 18 au 25 septembre inclus).

Depuis le début de son engagement, la Task Force Wagram a réalisé 1915 missions de tirs.

Les bases aériennes en Jordanie et aux EAU en appui des opérations

Les aéronefs français basés en Jordanie et aux Émirats arabes unis poursuivent leurs actions contre Daech au sein de la coalition.

La semaine dernière, les aéronefs de l’opération Chammal ont réalisé 29 sorties aériennes (bilan du 18 au 25 septembre inclus) et conduit une frappe qui a permis de détruire une cache d’armes dans la région d’Abou Kamal en Syrie.

Bilan total de l’action du pilier appui aérien depuis le 19/09/14 :

8506 sorties / 1458 frappes / 2250 objectifs neutralisés.

TF Monsabert et Narvik

La Task Force Monsabert poursuit sa mission d’instruction de la 6ème  division irakienne. Elle conseille l’état-major de cette division et, ponctuellement, les brigades qui lui sont subordonnées. Monsabert a par exemple récemment été sollicitée pour rendre une expertise visant à préparer les travaux de construction d’un mur de protection à Bagdad. La semaine dernière, conjointement avec des militaires britanniques, australiens et néo-zélandais, les instructeurs français ont délivré une formation au sauvetage au combat à deux groupes de 30 sous-officiers de l’école d’infanterie irakienne. 

La Task Force Narvik continue de former les membres de l’Iraqi Counter Terrorism Service(ICTS). Elle vient de terminer un stage de recueil de renseignements au profit de stagiaires de la 3ème école de l’ICTS. Ainsi du 30 août au 23 septembre, 18 sous-officiers des forces spéciales irakiennes ont suivi une instruction à la collecte d’images de renseignement.

BARKHANE

APPRÉCIATION DE SITUATION

Situation sécuritaire

Au Mali, la situation sécuritaire n’a pas évolué dans la zone d’opération de Barkhane. En coordination étroite avec ses partenaires, la force continue d’accroître la pression sur les groupes armés terroristes.

La situation dans le Nord et Est du Burkina-Faso reste fragile.

ACTIVITÉ DE LA FORCE

 

Opérations dans la région du Liptako se poursuivent

Le groupement tactique désert (GTD) infanterie est toujours déployé aux côtés des forces armées maliennes (FAMa) dans le cadre de l’opération Koufra. Cette opération vise à conserver l’initiative face aux groupes armés terroristes dans le Liptako en inscrivant une présence conjointe dans la durée.

 

Sécurité et développement au service de la population locale

En parallèle des opérations de sécurisation, Barkhane mène des aides médicales à la population. Ces actions, réalisées conjointement avec les FAMa, favorisent le dialogue et permettent d’expliquer le caractère global de l’action des forces françaises.

Ces derniers mois, Barkhane a ainsi soutenu ou conduit des projets permettant à la population d’accéder à l’eau, à l’énergie, à la santé ou à l’éducation. En 2017, ce sont plus de 80 projets qui ont été menés dans la zone d’opération de Barkhane. 

Plus récemment, Barkhane a contribué à un projet original : la rénovation du tombeau des Askia à Gao. Construit en 1445 par l’empereur du Songhaï, ce site symbolique, inscrit au patrimoine mondial de l’UNESCO, témoigne de l’histoire des échanges entre populations arabes, touareg et songhaï dans la région. Le site restauré a été inauguré le 18 septembre par le maire de Gao.

Formation FAMa

Le GTD-I continue de dispenser des formations au profit des unités FAMa avec lesquelles il opère dans le Liptako. Les légionnaires ont par exemple formé les soldats maliens au tir et à la coordination des feux, avec pour objectif la maîtrise du feu et l’efficacité opérationnelle.

 

Force conjointe du G5 Sahel

Le général Hanana Ould Sidy a décidé d’installer son PC à Bamako et a l’intention de reprendre les opérations dans les meilleurs délais. La force Barkhane continuera d’appuyer la force conjointe.

 

Barkhane prêt à agir en tout temps et en tout lieu

Le 27 septembre, à 9h (heure de Paris), Barkhane a procédé à une opération aéroportée au nord de Menaka dans la région frontalière entre le Mali et le Niger.

Cette opération a impliqué 80 parachutistes largués par 2 avions Transall, et une quarantaine de commandos largués à haute altitude. L’opération comprenait, au sol, 2 sections motorisées des forces armées maliennes et une compagnie motorisée de Barkhane.

Elle s’est déroulée sans aucun incident. Après le saut, les parachutistes ont poursuivi leur mission par des reconnaissances au sol.

Menée au petit matin, cette opération s’inscrit dans le cadre des efforts fournis par Barkhane dans cette région du Liptako depuis la fin de l’année dernière, efforts qui ont considérablement affaibli l’État islamique au grand Sahara (EIGS). Elle rappelle la détermination de Barkhane à agir aux côtés des FAMa et au profit de la population.

Sorties air hebdomadaires (bilan du 18 au 25 septembre inclus)

34 sorties chasse / 21 sorties RAV ISR / 55 sorties transport

Total : 110 sorties (83 la semaine précédente)

 

Sources : État-major des armées 
Droits : Ministère de la Défense