Point de situation des opérations du 4 janvier 2018

CHAMMAL
VISITE DU CEMA SUR LA BASE AERIENNE PROJETEE AU LEVANT

Lundi  1er janvier 2018 le général d’armée François Lecointre, après avoir  rendu visite la veille aux militaires déployés au Liban dans le cadre de  l’opération DAMAN, a présenté ses vœux aux personnels  engagés sur la base aérienne projetée (BAP) au Levant.

« L’essentiel  des coups portés l’ont été à partir de la BAP » a déclaré le CEMA  durant son discours d’ouverture, « la BAP a permis de défaire Daech. Je  voulais vous dire que vous pouvez être  fiers, votre action a été déterminante». Le général Lecointre a  souligné que l’action des armées a non seulement permis de défaire Daech  mais également de renforcer les liens avec les alliés de la France.

« Nous  pensons à vos familles, c’est toujours une situation un peu  douloureuse. Je vous souhaite une très bonne année » a conclu le CEMA.

Le  général Lecointre a ensuite visité les installations de la base  aérienne avant d’aller à la rencontre du personnel déployé pour échanger  avec chaque militaire présent.

SITUATION MILITAIRE DU THEATRE

Bien que Daech n’existe plus en tant que proto-Etat, la menace terroriste perdure. En Syrie, Daech  contrôle encore plusieurs points du territoire, tandis que les opérations de sécurisation se poursuivrent en Irak.

Poursuite des combats en Syrie

En  Syrie, après une pause opérationnelle liée à de mauvaises conditions  météos, les combats se poursuivent  en se concentrant le long de l’Euphrate où plusieurs poches daechies  importantes subsistent dans la région située entre Abu Kamal et Al  Mayadin.
Malgré une défense farouche des terroristes, les forces démocratiques syriennes ont pris pied cette semaine  dans la localité d’Abu Hammam.

Opérations de sécurisation et de contrôle de zone en Irak

En  Irak, les forces de sécurité irakiennes restent mobilisées pour contrer  toute tentative terroriste de déstabilisation  de la situation. La semaine écoulée depuis Noël a été marquée par la  poursuite des opérations de sécurisation, de fouille et de contrôle de  zone. 
Ces  opérations se concentrent notamment autour des grandes villes de l’est  du pays et sur le plateau d’Hawijah  où une opération de ratissage a été menée dans la région des Monts  Hamrin pour en chasser les groupes terroristes qui y avaient trouvé  refuge.
En parallèle les forces de sécurité irakiennes s’attachent à consolider leur contrôle de la frontière irako-syrienne  en renforçant leur dispositif déployé dans les dernières semaines de 2017.  

ACTIVITE DE LA FORCE

La Task Force Wagram en appui des opérations de sécurisation
La Task Force Wagram poursuit son appui aux opérations de  sécurisation menées dans la vallée de l’Euphrate. Cette semaine, trois  missions de tirs ont été réalisées au profit des forces de sécurité  irakiennes.
Depuis le début de sa mission, la TF Wagram a réalisé 1598 missions de tirs.

Activité aérienne

Cette semaine, l’activité aérienne s’est concentrée sur des missions de renseignement et de reconnaissance armée. 
Elle a donné lieu à 18 sorties aériennes (bilan du 28 décembre au 03 janvier) au cours desquelles une frappe  a été réalisée en Syrie en appui de l’action des Forces Démocratiques Syriennes pour s’emparer de Abu Hammam.
Au total, depuis le 19 septembre 2014, le bilan de l’activité aérienne s’élève à 7641 sorties, 1426 frappes et 2214 objectifs neutralisés.

BARKHANE

APPRÉCIATION DE SITUATION

Ø Sur le plan politique,

La  présidence malienne a annoncé le 29 décembre la démission du  Premier  ministre malien Abdoulaye Idrissa Maïga et de son gouvernement. Son  successeur,  Soumeylou Boubèye Maïga, a formé un gouvernement samedi 30 décembre comprenant 37 ministres dont la plupart ont été reconduits.

Ø Sur le plan sécuritaire :

Au  Mali à Gao, après une période de tension entre Groupes Armés  Signataires et autorité maliennes, la situation retourne progressivement  à la normale.

ACTIVITÉ DE LA FORCE

Cette  semaine, la Force Barkhane a porté son effort sur la sécurisation de  ses emprises, en menant des opérations de contrôle de zone  complémentaires aux  missions permanentes de sécurisation des plateformes, notamment dans  les régions de Gao et Kidal.

Ø Sorties air hebdomadaires (bilan  du 28 décembre au 3 janvier inclus)

Le bilan de l’activité aérienne de cette semaine est de 16 sorties chasse, 17 sorties RAV ISR, et 43 sorties transport.
Une  relève du plot chasse s’est achevée juste avant les fêtes de fin  d’année marquant l’arrivée à N’Djamena de Mirage 2000N en provenance de  la base aérienne  125 d’Istres, aéronefs qui réalisent à cette occasion leur dernier  déploiement opérationnel avant un retrait de service prévu en 2018.

BARKHANE : UNE OPERATION AU PROFIT DES PAYS PARTENAIRES DU G5 SAHEL ET DE LEURS POPULATIONS

Le  début de l’année 2018 est l’occasion d’établir un bilan des actions  menées ces 12 derniers mois par les forces armées françaises au profit  des populations  du Sahel et des forces armées partenaires.

Barkhane en soutien des populations

Action d’aides médicales à la population

Les aides médicales aux populations (AMP) constituent le premier volet des actions menées au profit de la population.
Lors  de chaque opération, des aides médicales gratuites sont  systématiquement proposées aux populations rencontrées. Favorisant le  dialogue et l’acceptation  de la force par la population, elles contribuent indirectement à  l’efficacité des opérations et au retour de la sécurité. Lors de chaque  aide médicale à la population, les équipes médicales peuvent ausculter  jusqu’à 100 patients en une matinée. 
Les  personnels du Service de Santé des Armées sont massivement engagés au  Sahel avec plus de 200 personnels projetés dans l’opération Barkhane, au  travers  du déploiement de 3 structures médicales Role 2 et de 31 équipes  médicales.

Action d’aide au développement

Le  second volet des actions menées au profit de la population est  constitué des actions d’aides au développement ou actions  civilo-militaire (CiMiC). Plus  de 80 projets ont été menés au cours de l’année 2017, dont 24 projets  majeurs ayant donné lieu à des constructions ou des réparations  d’infrastructures.
Barkhane  agit ainsi en conduisant ou en soutenant des projets qui touchent  directement les populations : accès à l’eau, à l’énergie, à la santé ou à  l’éducation.

Barkhane en soutien de la Force Conjointe G5 Sahel

Dans  la perspective de la prise en compte autonome de la lutte contre le  terrorisme par les armées des pays partenaires, la force Barkhane met  tout en œuvre  pour soutenir et accompagner la Force Conjointe dans sa montée en  puissance.  

Formations des forces armées partenaires

Les formations, dispensées par Barkhane ou les forces françaises prépositionnées, s’attachent  à faire progresser les stagiaires dans les domaines du tir de combat,  de la lutte contre les engins explosifs improvisés et du sauvetage  de combat. Elles s’attachent également à former les cadres au processus  d’élaboration des ordres, et à la préparation et à la conduite des  missions.
Des actions de conseil sont également menées, notamment par des officiers du CPOIA, pour accompagner le poste  de commandement de la Force Conjointe de Sévaré dans sa capacité à planifier, conduire et soutenir des opérations complexes.

Remises de matériels au profit de la Force Conjointe

Les  remises de matériels militaires relèvent de la même logique, en  contribuant à renforcer les capacités opérationnelles de la Force  Conjointe. 
Une  grande quantité de matériel a d’ores et déjà été remis aux unités  armant la Force Conjointe. Ce sont notamment des véhicules, et du  matériel tel que  des postes de transmission assurant l’interopérabilité des contingents  de chaque pays composant la Force Conjointe.

Bilan des actions de Barkhane au profit des pays de la Force Conjointe G5 Sahel

Au bilan, pour l’année 2017 :
 -  24 projets majeurs d’aide au développement ont été réalisés au Mali, au Tchad ou au Niger ;
  - 144 000 soins infirmiers, 25 000 consultations, et près de 1500 opérations chirurgicales ont été réalisées dans le cadre  d’aides médicales au profit  de la population du Mali ou du Tchad ;
  -  295  actions de formation ont été réalisées au profit des forces armées du  G5 Sahel. Ces stages, pouvant  durer de 1 à 54 jours, couvrent un large spectre de formation :  logistique et maintenance, lutte contre IED, secourisme, instruction sur  le tir de combat, tactique, topographie, transmissions, etc.
  -  une  compagnie de chaque pays du G5 Sahel appelé à armer le fuseau Centre de  la Force Conjointe dans la région  des « trois frontières » (Mali, Burkina Faso et Niger) a été équipée à  hauteur de 13 pickups avec leur armement, 4 véhicules lourds et du  matériel de transmission. En tout, ce sont 8 millions d’euros de  matériels que la France a décidé de fournir aux pays  du G5 Sahel.

Sources : État-major des armées 
Droits : Ministère de la Défense