Point de situation des opérations du 25 août 2017

CHAMMAL

SITUATION

En Irak,

La semaine a été marquée par le lancement de l’offensive pour la reprise de la ville de Tal-Afar par les forces de sécurité irakiennes. Le système de défense mis en place les dernières semaines par Daech impose aux unités irakiennes dont l’ICTS des combats violents et une progression méthodique. Les combattants de l’organisation terroriste multiplient les actions de tirs indirects et l’usage de véhicule-suicide pour casser l’élan des Irakiens et les ralentir dans leur progression dans les faubourgs de la ville. A Mossoul, le gouvernement irakien vient de nommer le général Abdoul Amir al-shammari superviseur militaire de la ville ; symbole de la mise en place d’un pilier sécuritaire dans la principale ville du nord du pays.
En Syrie,
A Raqqah, les forces démocratiques syriennes (FDS) ont fait porter leurs efforts sur la sécurisation des quartiers récemment conquis. Malgré un isolement qui se prolonge, Daech conserve une capacité de résistance significative dans les quartiers du centre et cherche à entraver l’avancée des FDS par tous les moyens. Les combattants du groupe terroriste cherchent notamment à utiliser les populations civiles et à les empêcher de fuir les zones des combats.

ACTIVITÉS DE LA FORCE

Les soldats de l’opération Chammal poursuivent leurs missions d’appui au profit des unités irakiennes engagées contre Daech. Ils réalisent également, au quotidien, des formations pour contribuer à bâtir le pilier sécuritaire des forces irakiennes.
Cette semaine, sur le théâtre, les aéronefs ont réalisé 37 sorties aériennes dont 28 de reconnaissance armée et d’appui au sol (CAS), 2 sorties de ravitaillement ainsi que 7 sorties de recueil de renseignement par Atlantique 2 ou patrouille de Rafale. Deux frappes ont été conduites dans la région de Raqqah en Syrie. Elles ont permis d’appuyer les forces démocratiques syriennes dans leurs actions de sécurisation des quartiers de la ville récemment repris. Par ailleurs, plusieurs frappes ont été réalisées en Irak dans le secteur de Tal Afar pour détruire des moyens artillerie de l’organisation terroriste.
Le bilan global de l’activité aérienne depuis le 19 septembre 2014 s’élève 1337 frappes, 2109 objectifs détruits et 6983 sorties.

La TF WAGRAM se redéploye en deux groupements pour appuyer l’offensive vers Tal Afar
Le 20 août 2017 vers 3h00 du matin, les coups de canons français ont lancé, avec les autres capacités d’appui irakiennes et de la coalition, la bataille pour libérer la ville de Tal Afar. A la demande de la coalition et pour assurer le meilleur appui aux unités irakiennes, un nouveau dispositif a été mis en place pour les canons CAESAR de la Task Force (TF) Wagram. Elle opère désormais depuis deux emprises situées à l’est de la ville afin de mieux couvrir la zone des combats.
Ces deux groupements d’artillerie, équipés chacun de deux CAESAR, ont donc mené 60 missions de tir cette semaine en appui de l’ICTS et des 9e, 15e et 16e divisions irakiennes engagées dans les combats pour la reprise de Tal Afar. En particulier, les artilleurs ont fourni des tirs de destruction des premières lignes de défense de Daech le 20 août au matin. Ils ont ensuite effectué plusieurs tirs de contre-batterie pour priver les combattants terroristes de leurs principaux moyens d'appui. Enfin, les canons Caesar ont également mené des tirs de neutralisation sur des positions logistiques de l’organisation terroriste pour priver ses combattants de ravitaillement.
Depuis septembre 2016, La Task Force Wagram déployée en Irak complète les moyens du pilier « appui ». Forte de 150 militaires armant quatre canons Caesar, elle soutient l’action des troupes irakiennes engagées au sol dans les combats contre Daech. Après avoir été déployés à proximité de Mossoul, les artilleurs français appuient désormais les unités irakiennes engagées dans la reprise de Tal Afar.

La Task Force Narvik forme des équipes de renseignement
Depuis le 1er août, la Task Force Narvik conduit un stage « Deep Recon Course » au profit d’une vingtaine de soldats irakiens au sein de l’Académie des forces spéciales irakiennes : l’Iraqi Counter Terrorism Service (ICTS),.
D’une durée totale de quatre semaines, ce stage a pour but de former des petites unités autonomes capables d’infiltrer, de se dissimuler, d’analyser et de faire remonter les informations afin de fournir du renseignement tactique et ainsi appuyer l’action offensive immédiate des bataillons.
La Task Force Narvik fait partie du « pilier formation » de l’opération CHAMMAL. Ce « pilier » rassemble une centaine de militaires français en Irak autour d’une mission de formation effectuée au sein des TF Narvik et Monsabert et vise à améliorer les capacités de commandement et les savoir-faire tactiques des troupes irakiennes, qu’elles soient novices ou aguerries. Depuis mars 2015, les soldats français de l’opération Chammal ont contribué à la formation de plus de 7 500 soldats irakiens depuis leurs bases de Bagdad. Ces actions de formation et de conseil menées par les soldats français participent ainsi à la construction du pilier sécuritaire des forces irakiennes.

BARKHANE

ACTUALITE DU THEATRE

APPRÉCIATION DE SITUATION

Au Sahel, la situation sécuritaire reste sous tension cette semaine. Plusieurs, actions terroristes ont été menées contre les forces partenaires. Le 17 août, une patrouille burkinabé a été victime d’un engin explosif improvisé dans la région d’Inata faisant plusieurs victimes. Le 20 août, au Mali, un véhicule de la force internationale de l’ONU a heurté une mine dans la région de Taghlit. Au Mali, la signature d’une trêve entre les groupes armés signataires après les tensions des dernières semaines ainsi que la présence à Kidal du gouverneur de la ville, pourrait dessiner les prémices d'une reprise des avancées dans la mise en œuvre de l’accord de paix et réconciliation.

ACTIVITÉS DE LA FORCE
Dans l’ensemble de la BSS, les soldats de la force Barkhane continuent de mener des opérations de contrôle de zone et des actions de partenariat avec les forces de sécurité du G5 Sahel.
Tessalit : opération de sécurisation contre les tirs indirects

Du 12 au 19 août 2017, les soldats de la Force Barkhane ont mené une mission de contrôle de zone et d’appui à la population dans la région de Tessalit à 200 km environ au Nord de Kidal. Cette mission s’inscrit dans la continuité des opérations de lutte contre les Groupes Armés Terroristes (GAT), permettant ainsi de sécuriser la région, de lutter contre les tirs indirects et de rassurer les populations par la présence de la Force Barkhane.
Au cours de cette opération, les soldats de la Force Barkhane ont procédé à des fouilles de caches et de zones identifiées comme d’intérêt dans la région de Tessalit. Ces missions menées de manière méticuleuses et sur plusieurs jours ont permis de nombreux échanges avec la population qui s’est dite satisfaite de ces actions pour améliorer sa sécurité.

Pendant que le Groupement Tactique Désert Blindé (GTD-B) « Edelweiss » assurait ses missions, un soutien sanitaire a été apporté à la population de Tessalit sous la forme d’une aide médicale à la population (AMP). Bénéficiant que très rarement d’une aide médicale dans ses régions reculées, la population a particulièrement apprécié ces actes de soins et les conseils sanitaires.
Le travail réalisé par les soldats au sol a permis de mettre à mal l’emprise des groupes armés sur la population et de saisir du matériel servant à la confection de projectiles de circonstance, dont 1 roquette de 122 mm.
La sécurisation apportée par les soldats de la force Barkhane ne s’effectue pas qu’à terre. Le recoupement d’informations, coordonnés par le PCIAT de N’Djamena, a permis à la force de localiser un site de lancement de roquette de circonstance prêt à l’emploi. Une patrouille de Mirage 2000 a été engagée rapidement et a procédé à la destruction de cette roquette qui pouvait menacer les forces internationales de la zone ainsi que la population.
Partenariat : six semaines d’immersion pour des officiers des Forces Armées Maliennes.

Du 3 juillet au 15 août, les soldats de la Force Barkhane ont accueilli cinq officiers des Forces Armées Maliennes (FAMa) dans le cadre du partenariat militaire opérationnel (PMO) en immersion avec les troupes françaises.
Six semaines durant, ces officiers maliens ont été intégrés dans les sections d’infanterie et de logistique, en fonction de leur spécialité. Ils ont ainsi participé aux instructions et missions de la Force Barkhane aux côtés de lieutenants français chefs de section.

Cette immersion totale avait pour but de consolider la formation initiale de ces officiers et de développer des liens avant le départ sur une opération commune, dans le cadre du partenariat militaire opérationnel. Ce partage de procédures a permis de rendre fluide et coordonnée la manœuvre commune entre partenaires et frères d’armes.

Corymbe : Entraînement interarmées en Côte d’Ivoire

Un groupement tactique embarqué (GTE) de la 9e brigade d’infanterie de marine (9e BIMa), principalement composé de militaires du 2e régiment d’infanterie de marine (2e RIMa) du Mans, est embarqué à bord du bâtiment de projection et de commandement (BPC) Dixmude, déployé pour la 138e mission Corymbe.

Il participera à l’entraînement interarmées PUMA qui se déroulera, du 1er au 5 septembre 2017, en République de Côte d’Ivoire (RCI) avec l’appui des forces françaises en Côte d’Ivoire (FFCI) et avec la participation des forces armées ivoiriennes (FACI).

FFCI : poursuite de la montée en puissance de la base opérationnelle

Le détachement de l’aviation légère de l’armée de Terre (DETALAT), en Côte d’Ivoire, sera prochainement renforcé avec l’arrivée de 2 hélicoptères supplémentaires, livrés par le BPC Dixmude. Afin de remplir leurs missions en tant que base opérationnelle avancée (BOA), les forces françaises en Côte d’Ivoire poursuivent leur montée en puissance. Ainsi, le DETALAT accueille 2 PUMA qui viennent compléter le plot, constitué actuellement de 2 Gazelle.
Grâce à sa nouvelle dimension, le DETALAT offre dorénavant une gamme élargie de capacités qu’il peut délivrer en appui-soutien des opérations et des entraînements des armées françaises présentes dans la région. Il propose surtout des facilités pour les formations et la préparation opérationnelle effectuées au profit des forces armées de Côte d’Ivoire (FACI) et délivrées dans le cadre de la coopération bilatérale qui lie la France à la Côte d’Ivoire.

Sources : État-major des armées
Droits : Ministère de la Défense