POINT DE SITUATION DES OPÉRATIONS DU 22 AU 28 FÉVRIER

OCEAN INDIEN
Saisie NARCOPS du Cassard

Trois semaines après une saisie record d’héroïne en mer d’Arabie et à peine plus de 24 heures après avoir appareillé d’Abu Dhabi, la frégate anti-aérienne Cassard, qui est déployée en soutien direct de la Combined Task Force 150 (CTF 150), a intercepté le 22 février 2019 un nouveau boutre transportant 2031 kg de cannabis au large des côtes omanaises.
L’embarcation a été repérée par son comportement suspect. En l’absence d’émission AIS (Automatic identification system) de sa part, et à la suite d’une première prise de contact radio restant sans réponse, le Cassard a décidé de procéder à une enquête de pavillon. 
Cette enquête n’a pas permis d’établir la nationalité du navire, mais a conduit son capitaine à admettre rapidement qu'il transportait de la drogue. Une centaine de sacs d'une vingtaine de kilos chacun ont été découverts. Des prélèvements d’échantillonnage ont permis d’établir qu’il s’agissait de cannabis.

MISSION JEANNE D’ARC
Départ de la mission « Jeanne d’Arc 2019 »

Le groupe amphibie "Jeanne d'Arc 2019", a quitté Toulon ce lundi 25 février, pour un déploiement opérationnel de cinq mois, qui le mènera notamment en océan Indien et aux Caraïbes, et qui permettra aux

officiers élèves de la Marine nationale d’apprendre leur métier à la mer, et de se confronter à la complexité des missions et des théâtres d’opérations.
Lors de la cérémonie d'appareillage, le Général François Lecointre, chef d’État-Major des Armées a tenu à rappeler aux 130 officiers en formation et aux membres d'équipage la finalité opérationnelle de la mission : « le commandant du groupe Jeanne d’Arc a reçu une mission opérationnelle. Le déploiement a été pensé dans l’optique d’apporter une contribution aux fonctions stratégiques de prévention et de protection, en maintenant une capacité d’intervention. D’ici quelques jours à peine vous serez confrontés à la réalité et aux tensions du contexte géostratégique. »
Cette année, ce groupe est articulé autour du porte-hélicoptères amphibie (PHA) Tonnerre et de la frégate La Fayette (type FLF).
Un groupe tactique de l’armée de Terre embarquera pendant une partie du déploiement avec deux hélicoptères Gazelle. Un détachement de l’armée de Terre espagnole (FAMET) participera également aux exercices interalliés avec deux hélicoptères.

CHAMMAL
SITUATION MILITAIRE DU THÉÂTRE

  • Offensive contre les dernières poches de Daech en Syrie

En moyenne vallée de l’Euphrate, les combats menés par les Forces démocratiques syriennes, appuyées par la coalition, se poursuivent autour de la ville de Baghouz.

  • Poursuite des actions en Irak

La situation sécuritaire reste sous contrôle. Les Forces de sécurité intérieures poursuivent leur effort dans la lutte contre Daech. 
ACTIVITÉ DE LA FORCE

  • Le dispositif français déployé au Levant n’a pas a évolué.  

La Task Force Wagram en appui de l’offensive contre les dernières poches de Daech présentes dans la vallée de l’Euphrate

  • La Task Force (TF) Wagram continue d’appuyer les forces démocratiques syriennes contre Daech au sud de la ville d’Hajin.

La TF Wagram a réalisé, depuis le territoire irakien 2 missions de tir (soit 2 missions d’aveuglement – bilan du 20 au 26 février inclus).

  • Les bases aériennes en Jordanie et aux EAU en appui des opérations

Les aéronefs français basés en Jordanie et aux Émirats arabes unis poursuivent leurs actions contre Daech, au sein de la coalition.
Cette semaine, les aéronefs de l’opération Chammal ont réalisé 24 sorties aériennes (bilan du 20 au 26 février inclus). Les Rafale français n’ont pas conduit de frappe cette semaine.

BANDE SAHELO-SAHARIENNE
DEPLOIEMENT TEMPORAIRE D’UN DETACHEMENT RAFALE

Le 24 février 2019, un détachement de trois Rafale a été déployé sur la base aérienne projetée de N’Djamena dans le cadre d’un renfort  temporaire planifié de capacités. Appareil polyvalent, le Rafale se distingue par la modernité de son armement et de ses équipements  notamment ceux permettant de recueillir du renseignement d’origine image.
Le déploiement de ces Rafale vise à apporter au théâtre une capacité temporaire de renseignement d’origine image « champ large » complémentaire d’autres capteurs déjà présents comme par exemple les drones ou l'imagerie satellitaire. Les Mirage 2000, qui ont remplacé les Rafale sur le théâtre sahélien à l’été 2016, ne disposent pas de la capacité d’emport du pod de reconnaissance de nouvelle génération (RECO NG) permettant le recueil de ce type de renseignement.
« Après deux ans et demi d’absence, il nous est apparu nécessaire de rafraichir la connaissance de certains points d’intérêts de la zone », souligne le JFAC-AFCO, l’état-major opératif chargé de conduire les opérations aériennes en Afrique centrale et de l’ouest. « A l’issue du déploiement, les forces militaires françaises pourront ainsi disposer d’une appréciation de situation de ce vaste espace géographique enrichie et actualisée».
Stationné sur la base de N’Djamena, le détachement s’appuiera sur les infrastructures aéroportuaires déjà présentes pour accueillir les Mirage 2000 engagés en permanence au sein de l’opération Barkhane. La présence d’un avion ravitailleur C135 offrira par ailleurs aux Rafale l’allonge nécessaire pour opérer dans toute la région.

ACTIVITÉ DE LA FORCE BARKHANE

  • Situation sécuritaire

La situation sécuritaire de la bande sahélo-saharienne est stable. La force Barkhane et les forces partenaires poursuivent conjointement leur effort de sécurisation dans le Liptako tout en conservant la capacité d’agir ponctuellement dans d’autres régions du Mali et des pays voisins.
Ces derniers jours, plusieurs coups sévères ont été portés aux groupes armés terroristes agissant au Sahel : 
Le jeudi 21 février, le chef d’un des principaux groupes armés terroristes sévissant au Sahel, Yahia Abou Hamman, numéro deux du RVIM (Rassemblement pour la victoire de l’islam et des musulmans) a été neutralisé. 
Le samedi 23 février, la force Barkhane a conduit une opération en coordination avec les forces armées maliennes contre les membres de la katiba Macina, au nord de Mopti. Une manœuvre de renseignement a permis de localiser et caractériser un rassemblement de combattants dans la région de Dialoubé. La force Barkhane a engagé, dans la soirée, depuis la base de Niamey une patrouille de Mirage 2000 qui, appuyée par un drone Reaper, a mené une frappe aérienne. Une quinzaine de terroristes a été mis hors de combat. 
Ces nouveaux succès, qui s’inscrivent dans la continuité d’opérations menées au cours des dernières semaines, visent à réduire toujours plus le niveau de menace dans cette région peu accessible.

  • Sorties air hebdomadaires (bilan du 20 au 26 février inclus)

Les avions de la force Barkhane ont réalisé 76 sorties, parmi lesquelles 28 sorties de chasse, 14 sorties de ravitaillement/ISR, et 34 missions de transport. 112 sorties avaient été réalisées la semaine dernière.

  • Relève de la force Barkhane achevée

Dirigée depuis Paris par le centre du soutien des opérations et des acheminements (CSOA), la relève majeure de la force Barkhane au Mali s’est achevée fin février. 
Au bilan, ce sont 22 vols stratégiques effectués par l’escadron de transport 03.060 Esterel entre la France et le théâtre, ainsi que plus de 160 vols intra-théâtre (40% réalisés par des avions américains, espagnols et allemands), qui ont permis de relever le dispositif. Les hélicoptères Chinook du détachement britannique intégrés au groupement tactique désert aérocombat ont participé à cet effort.
Au terme de cette manœuvre logistique de grande ampleur, qui aura duré 6 semaines environ et vu se croiser 7200 soldats, le transfert d’autorité entre les commandants prenant et quittant des différents groupements tactiques désert (GTD) sont tous effectifs :

  • Le 2ème régiment du matériel (2ème RMAT) fournit l’ossature de commandement du GTD logistique ;
  • le 1er  régiment d’hélicoptères de combat (RHC) a relevé le 5ème RHC pour armer le GTD aérocombat ;
  • Le 1er régiment d’infanterie de marine (RIMA) arme le GTD blindé. Le GTD infanterie est quant à lui composé du 2ème régiment d’infanterie de marine (RIMA) ;
  • Le 53ème régiment de transmissions a relevé le 48ème régiment de transmissions pour armer le groupement transmissions.

Sources : État-major des armées 
Droits : Ministère de la Défense