Point de situation des opérations du 11 janvier 2018

MISSION LYNX 3 / eFP

Début d’un nouveau déploiement en Lituanie

Dans le cadre de sa participation à la mission de présence avancée de l’OTAN sur le flanc Est de l’Europe, et après un déploiement de huit mois en Estonie, la France amorce actuellement un nouveau déploiement de huit mois supplémentaires, en Lituanie cette fois.

La relève du détachement a nécessité une manœuvre logistique importante avec la bascule de nombreux matériels entre l’Estonie et la Lituanie. En tout, ce sont plus de 100 containers et 132 engins blindés et véhicules qui ont été acheminés par trains militaires sur les 600 kilomètres séparant Tapa en Estonie de Rukla en Lituanie où le détachement est désormais positionné.

Issus du 5e régiment de Dragons qui fournit un peloton de chars Leclerc et deux sections sur VBCI, ainsi que du 7e BCA qui fournit une section sur VHM, les 300 soldats du détachement français sont répartis en un sous-groupement tactique interarmes (SGTIA) de l’ordre de 200 soldats et un échelon de soutien national de l’ordre de 100 soldats. Les matériels majeurs équipant le SGTIA se répartissent de la façon suivante : 4 chars Leclerc, 9 VBCI, 4 VAB, 5 VBL  et 5 VHM.

Le détachement atteindra sa capacité opérationnelle initiale le 17 janvier.

BOIS BELLEAU 100

Après avoir embarqué les troupes du 5e régiment de Cuirassiers, le groupe amphibie franco-américain Bois Belleau 100 a débuté le 7 janvier l’exercice Alligator Thunder, exercice amphibie qui durera 10 jours.
Durant cette séquence dans le Golfe arabo-persique, le BPC Tonnerre est escorté par le croiseur américain USS Monterey tandis que la FDA Chevalier Paul a intégré la TF 50 en escorte du porte-avions américain Théodore Roosevelt.
Ces transferts de capacités soulignent une nouvelle fois le haut niveau d’interopérabilité atteint entre marines française et américaine.

OPÉRATION CHAMMAL

SITUATION MILITAIRE DU THEATRE

Après deux semaines de mauvaises conditions météorologiques qui ont freiné les opérations sur l’ensemble du théâtre, les conditions plus clémentes de cette semaine ont permis aux opérations de bénéficier à nouveau d’un appui aérien.
Ces opérations visent principalement à défaire les poches terroristes résiduelles encore présentes en Syrie et à sécuriser les territoires irakiens récemment libérés.

Poursuite des combats en Syrie

En Syrie, les forces démocratiques syriennes poursuivent leur progression dans la vallée de l’Euphrate.
Concentrée autour de la ville d’Hajin et organisée autour d’un dispositif de défense en profondeur élaboré, Daech oppose une forte résistance.
Les avancées réalisées par les forces démocratiques syriennes ont néanmoins permis d’isoler les terroristes présents, limitant ainsi leurs possibilités d’exfiltration.

Opérations de sécurisation et de contrôle de zone en Irak

En Irak, les opérations de ratissage et de sécurisation se poursuivent avec pour objectif de limiter les possibilités de réorganisation de Daech et d’assurer ainsi sa défaite durable :
Sur le plateau d’Hawijah, les forces de sécurité irakiennes maintiennent leur effort. Engagées dans une vaste opération de contrôle de zone, les forces déployées ne rencontrent qu’une faible résistance ;
A Bagdad, Mossoul, et dans la province de Ninive, les opérations menées ont permis la découverte de caches, souterrains, matériels et munitions, démontrant que l’organisation conserve des moyens d’action et que les opérations en cours doivent être poursuivies afin d’assurer de manière pérenne la sécurisation et la stabilisation du pays ;
Dans la vallée de l’Euphrate, les forces de sécurité irakiennes restent mobilisées, notamment autour de la ville d’Al Qaim.

Renforcement de la protection de la frontière irako-syrienne

La protection de la frontière irako-syrienne reste également une préoccupation. La 8ème division irakienne a mené la semaine passée une série d’opérations visant à sécuriser la frontière et mettre fin aux tentatives d’intrusion terroristes depuis la Syrie.

Retour progressif à la vie normale des populations déplacées

En Irak, le retour des réfugiés s’organise grâce aux efforts combinés du ministère pour l’immigration et des autorités militaires irakiennes.
En Syrie, la situation humanitaire s’améliore également. Le Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (UNHCR) a ainsi rendu compte qu’environ 34 000 civils seraient revenus dans Raqqa au mois de décembre.

Suivi et accompagné par la Coalition

Dans ce cadre, le général Parisot, Senior National Représentative (SNR) français, également en charge des actions civilo-militaires de l’état-major de la Coalition, s’est rendu en Syrie en fin d’année dernière. Il y a rencontré des représentants des conseils civils de Raqqa et de Tabqah, et visité le quartier général de l’entreprise de déminage TETRATECH. Au cours de ces visites, il a pu identifier les besoins prioritaires des populations locales auxquels la Coalition est susceptible de pouvoir répondre.

ACTIVITE DE LA FORCE

La Task Force Wagram en appui des opérations de sécurisation

La Task Force Wagram poursuit son appui aux opérations de sécurisation menées dans la vallée de l’Euphrate. Cette semaine, quatre missions de tirs ont été réalisées au profit des forces de sécurité irakiennes (2 missions d’éclairement et 2 missions d’interdiction - bilan du 3 au 9 janvier).
Depuis le début de sa mission, la TF Wagram a réalisé 1602 missions de tirs.

Activité aérienne

Cette semaine, l’activité aérienne s’est concentrée sur des missions de renseignement au profit des forces de sécurité irakiennes et des forces démocratiques syriennes. Les missions ont principalement eu lieu en Syrie, dans le secteur d’Abou Kamal.
Elle a donné lieu à 12 sorties aériennes (bilan du 3 au 9 janvier). Aucune frappe n’a été réalisée.
A noter l’arrivée cette semaine sur la base aérienne projetée en Jordanie d’un ATL2 qui vient compléter les capacités de recueil de renseignement du dispositif, actuellement composé de quatre Rafale Air auxquels il convient d’ajouter les six Rafale opérant depuis la base aérienne aux Emirats Arabes Unis.

Bilan total depuis le 19/09/14 :
7653 sorties / 1426 frappes / 2214 objectifs neutralisés.

OPÉRATION BARKHANE

APPRÉCIATION DE SITUATION

Situation sécuritaire

Sur le plan sécuritaire, la situation a été relativement stable cette semaine sur l’ensemble de la bande sahélo-saharienne. La situation dans le centre du Mali reste néanmoins tendue, perturbée depuis plusieurs semaines par une activité importante des groupes armés terroristes.

ACTIVITÉ DE LA FORCE

L’une des priorités de Barkhane vise actuellement à porter l’effort sur le centre de la région du Liptako Gourma, zone dite « des trois frontières ».  

La zone des trois frontières, une zone aux enjeux importants

A cheval sur les frontières du Mali, du Burkina Faso et du Niger, le Liptako Gourma, ou zone des trois frontières, est une vaste zone s’étendant sur environ 370 000 km2. Le cœur de cette zone correspond à la zone de responsabilité du fuseau centre de la Coalition Sahel. Elle est le lieu d’exactions régulières des groupes armés terroristes. C’est là que sévissent l’Etat Islamique au Grand Sahara (EIGS) et Ansarul Islam, organisations coupables de nombreuses attaques contre les populations civiles avec pour mode d’action privilégié la pose d’engins explosifs improvisés.

Opérations dans la zone des trois frontières

Après les opérations de décembre, et la période de régénération des hommes et du matériel qui a suivi, les opérations reprennent de nouveau leur rythme nominal avec plusieurs opérations en cours, notamment dans la zone d’intérêt prioritaire des trois frontières.
Menées au côté des forces armées maliennes (FAMa), elles ont pour finalité la mise en place des conditions nécessaires au retour à la vie normale des populations locales vivant dans la zone et subissant régulièrement les exactions des terroristes.
Outre la sécurisation de la zone, une action d’aide à la population a été menée à Tin Hama avec la remise de kits scolaires à des enfants de l’école primaire du village tandis que des éléments du génie débutaient des travaux de réfection de l’ancienne piste d’aviation d’In Kismane.

Opération à Ménaka

Dans la nuit du 10 au 11 janvier 2018, la force Barkhane a mené une opération dans la ville de Ménaka au Mali pour s’emparer d’une maison abritant des membres de groupes armés terroristes sévissant dans cette région frontalière du Niger. Cette opération reposait sur le travail permanent mené par Barkhane, en liaison avec les autorités maliennes et nigériennes, de recherche et de caractérisation de la menace terroriste dans cette région.
Un détachement de soldats de Barkhane s’est emparé de la maison avant de procéder à des fouilles permettant de saisir de l’armement, du matériel militaire et des documents. Des individus ont également été capturés afin de lever le doute sur leur contribution aux actions des groupes armés terroristes de la région. Cette opération discrète s’est déroulée sans heurt.

Sorties air hebdomadaires (bilan du 3 au 9 janvier inclus)
Le bilan complet de l’activité aérienne de cette semaine est le suivant : 
36 sorties chasse / 22 sorties RAV ISR / 39 sorties transport.
Total : 97 sorties (76 la semaine dernière).

Sources : État-major des armées 
Droits : Ministère de la Défense