Point de situation des opérations au 30 mars 2017

Barkhane

Actualité du théâtre

La situation sur le théâtre de la Bande sahélo-saharienne (BSS) demeure stable bien que marquée par certains évènements sécuritaires. Les groupes armés terroristes poursuivent leur logique d’évitement des forces constituées et s’attaquent principalement à des postes isolés ou à des civils.

Au Mali, le poste Forces Armées Maliennes (FAMa) situé près d’Al Moustarat a ainsi été attaqué le 25 mars, faisant 3 morts parmi les soldats maliens. Dans la nuit du 28 au 29 mars, un poste de sécurité a été attaqué à Boulikessi sur la frontière Mali / Burkina-Faso faisant 3 morts dont 2 gendarmes et un civil.

Sur le plan politique, l’accord de paix et de réconciliation stagne comme l’illustre l'absence d'évolution dans la nomination des autorités intérimaires à Tombouctou, sans solution encore.

Activité de la force

  • Barkhane en soutien des Maliens

A la suite de l’attaque du poste FAMa d’Al Moustarat, Barkhane a fourni un appui aux forces armées maliennes en déclenchant rapidement une patrouille de Mirage 2000. Ces « show of presence » sont des missions aériennes réactives qui permettent, sinon de localiser et d’intercepter les assaillants, de limiter la liberté d’action des groupes terroristes et d’exercer une présence dissuasive. A la suite de cet incident, deux blessés maliens ont été évacués par les hélicoptères de Barkhane pour être pris en charge médicalement.

  • Opération Filidjo / Banco

Point de situation des opérations au 30 mars 2017

Dans la continuité de la reprise de l’opération malienne Filidjo, à Gao,des soldats des FAMa, appuyés par des soldats du Groupement Tactique Désert Blindé (GTD-B) Douaumont de l'opération Barkhane, ont mené du 21 au 23 mars une opération de contrôle de zone et de fouille opérationnelle dans la ville de Gao.

Les FAMa, accompagnés d’un gendarme malien,  ont fouillé plusieurs maisons ou groupes de bâtiments suspects. L’appui des éléments spécialisés du génie de Barkhane (sapeurs, démineurs et équipe cynotechnique) a permis de compléter les fouilles méthodiques et minutieuses et d’aboutir à la découverte d’équipements électroniques, d’armements et de munitions (tête de roquette pour RPG-7, AK 47) saisis par la gendarmerie malienne.

Le dispositif s’est ensuite réarticulé pour la deuxième phase de la mission afin de réaliser des opérations de contrôle de zone étendues jusqu’aux villages situés à la périphérie de Gao jusqu’au mercredi 22 mars en fin de soirée.  

  • Les DIO au cœur du partenariat militaire opérationnel

Dans le partenariat militaire opérationnel dont Barkhane fait une prioritélesDétachements d’Instruction Opérationnelle (DIO) occupent une place croissante dans les actions au profit des forces armées partenaires.

Ces formations abordent 12 domaines spécifiques (tir, transmissions, mécanique, contre IED, secourisme, tactique, patrouilles, bureautique, topographique, lutte contre incendie) dans lesquels les militaires de la force Barkhane apportent leur expertise, pour des stages d’une durée variant de quelques heures à une dizaine de jours.

D’octobre 2016 à mars 2017 la force Barkhane a ainsi réalisé 75 DIO dont une majorité au profit des forces armées maliennes, soit une augmentation de l’ordre de 40% des activités par rapport au précédent mandat. Cet effort se maintient puisque depuis le 1er janvier 2017, près de 1300 personnes appartenant aux forces partenaires se sont vues délivrer des instructions par les soldats de Barkhane.

La force Barkhane accueille également des lieutenants des forces armées partenaires pour plusieurs semaines. C’est le cas dans le GTD Blindé pour 8 d’entre eux, ainsi que pour 2 lieutenants FAMa insérés au sein du groupement logistique.

Ces instructions contribuent progressivement ainsi à consolider les bases opérationnelles des soldats des forces partenaires.

 

Chammal

Appréciation de la situation

Point de situation des opérations au 30 mars 2017

En Syrie, la semaine a été marquée par les opérations menées par les Forces Démocratiques Syriennes (FDS) dans la région de Tabqah. Alors que l’aéroport a été repris, les combats se poursuivent pour reprendre le barrage de Tabqah. Le contrôle de ce verrou revêt un caractère stratégique dans la manœuvre d’isolement progressif des approches de Raqqah destinée à préparer  l’offensive visant à reprendre la ville.

Dans le reste du pays, la situation n’a pas connu d’évolution significative en dépit d’affrontements violents, notamment dans les régions de Palmyre et Deir Ez Zor.

En Irak, Daech poursuit sa campagne d’action asymétrique dans les régions de l’Anbar et dans la poche de résistance d’Hawijah sans pour autant avoir conduit d’action d’ampleur cette semaine.

Dans la région de Mossoul, l’isolement de la ville a été consolidé par la 9e division depuis Badush au Nord-Ouest en avançant le long du Tigre en direction de l’Est.

Dans la ville même, l’offensive n’a pas connu d’avancée significative cette semaine. Si Daechne semble plus disposer de moyens suffisants pour mener des actions offensives coordonnées, les positions des combattants sont durcies et protégées dans le quartier de la vieille ville, et le piégeage du terrain comme l’utilisation de véhicules suicides chargés d’explosif (VBIED-Vehicle Borne Improvised Explosive Devices) ainsi que la présence de population civile rendent difficile les progressions.

Dans ce contexte, les forces de sécurité irakiennes des FEDPOL (police fédérale irakienne) et des ERD (Emergency Response Division – division d’intervention Rapide) ont consolidé et sécurisé leurs positions au sud de la Médina tandis que l’ICTS a amorcé une série d’opérations périphériques qui ont permis de progresser à l’Ouest de la Médina et de consolider l’isolement de ce quartier.

 

Activité de la force

  • Appui aérien au Levant

Cette semaine, les aéronefs de l’opération Chammal ont réalisé 27 sorties aériennes dont 20 de reconnaissance armée ou d’appui au sol (CAS) et 7 de recueil de renseignements. 10 frappes ont été réalisées par les avions français, dont 2 planifiées. Elles ont permis la destruction de 13 objectifs.

En Irak, les 6 frappes réalisées ont toutes été menées dans la zone de Mossoul sur demande des troupes irakiennes engagées dans les combats au sol.

En Syrie deux frappes ont été réalisées dans la région ouest de Raqqah, en appui de l’offensive des FDS à proximité du barrage de Tabqah visant à parfaire l’isolement de la ville. Deux autres frappes ont été réalisées contre des objectifs planifiés, dont une guidée parl’Atlantique 2, afin de mettre hors d’usage des infrastructures pétrolières utilisées par Daech.

  • Appui feu – TF Wagram

La Task Force (TF) Wagram a poursuivi cette semaine ses missions de tir en appui de la 9e division.

Les 27 missions réalisées l’ont été en appui des combats visant à resserrer l’encerclement autour de la ville de Mossoul, dont 22 missions de neutralisation, et 5 missions d’appui éclairant ou fumigène.

L’effort a été marqué sur les points de franchissement du Tigre et dans les collines surplombant la région de Badush, zone refuge de combattants de Daech, faisant passer aux artilleurs de la TF Wagram le cap symbolique des 600 missions d’artillerie.

 

Point de situation des opérations au 30 mars 2017

Daman

Point de situation des opérations au 30 mars 2017

Depuis le 22 mars 2017, une compagnie finlandaise composée de près de 160 militaires est déployée au Sud-Liban au sein de la Force Commander Reserve (FCR).

L’intégration au sein du contingent français est un exemple concret du soutien opérationnel apporté par certains de nos alliés à la France après l’invocation de la clause de solidarité à la suite des attentats de Paris en novembre 2015.

Cette unité vient relever la compagnie française du 2régiment d’infanterie de marine (RIMa) de Champagné, équipée de Véhicules Blindés de Combat d’Infanterie (VBCI). Avant de pouvoir être déclarés opérationnels, les éléments finlandais s’intègrent au sein de la FCR française et effectuent une montée en puissance opérationnelle progressive.

 

EFP – Estonie

Le dernier des 3 trains spéciaux militaires qui transportaient les véhicules destinés à la mission eFP (Enhanced Forward Presence) est arrivé hier en Estonie. Le débarquement des 13 VBCI  et 4 chars Leclerc prévus pour la mission du SGTIA (Sous Groupement Tactique Interarmes) français marque la fin de l’acheminement des moyens français. Le reste du contingent français complétera dans les jours qui viennent les 50 éléments précurseurs déjà sur place.

Le déploiement de ce sous groupement français se fait dans le cadre du bataillon franco-britannique pour la mission eFP et constitue une des contributions françaises aux mesures de réassurance de l’OTAN décidées lors du sommet de Varsovie en juillet 2016.

Sources : État-major des armées 
Droits : Ministère de la Défense