PASSATION DE COMMANDEMENT AU 48E RT

Le moment est on ne peut plus solennel. Sur la place d'armes de la caserne Toussaint, deux hommes font face à la tribune officielle sur laquelle, préfète, maire, généraux, supérieurs, pairs et famille ont pris place. Ils sont séparés d'une dizaine de mètres. A mi-distance, entre eux, le général adjoint opérations Chassang, commandant des services informations et de communications (SIC). Le colonel Chabot et le lieutenant-colonel Claus échangent leur place. Le premier quitte la place d'armes. Le général Chassang peut alors remettre le commandement du régiment et annoncer aux 500 hommes et femmes qui quadrillent la place sous un soleil écrasant : «Vous reconnaîtrez le colonel Richard Claus comme votre chef».

Derrière l'estrade, sous les drapeaux qui bordent la place d'armes, à l'écart de ce qui n'est déjà plus son régiment, le colonel Chabot s'éponge et sourit. Il vient de passer trois ans à la tête des 1 000 militaires du 48e régiment de transmission d'Agen, un bail «exceptionnellement long», comme l'a relevé le général Chassang au moment de lui rendre hommage : «C'est beaucoup d'émotions car on laisse forcément un peu de soi en partant. Normalement, le commandement est de deux ans et j'ai eu l'honneur de faire une année de plus, particulièrement riche».

 

Les transmissions, «le travail de l'ombre»

Une dernière année avec quatre mois en opération Barkhane (Sahel), et deux mois à Saint-Denis en tant que responsable des 8 unités du groupement Est parisien pour l'opération Sentinelle. Son souvenir le plus marquant au 48e restera le défilé du 14 juillet 2017 : «La descente des Champs-Elysées à la tête du régiment, devant les Français qui nous applaudissent, c'est un moment marquant, peut-être unique dans une carrière». Patrice Chabot est nommé directeur général de la formation à l'école des transmissions de Cesson-Sévigné.

Pour le remplacer, le lieutenant-colonel Richard Claus, déjà passé de 2015 à 2017 par le 48e RT : «C'est un honneur pour moi de succéder à deux commandants qui m'auront marqué en tant que subalterne et que sont le colonel Allouche et le colonel Chabot».

Sur la feuille de route du nouveau chef de corps du 48e RT, le programme Scorpion : «C'est un programme lancé l'an passé. Nous avons deux années d'effort devant nous dans le domaine de la formation. Nous sommes désormais dans l'ère de l'information et de la communication numérique. Notre rôle est de permettre le partage immédiat de l'information fiable jusqu'au contact direct de l'adversaire». Ce que le général Chassang résumait lors de la passation par le «travail de l'ombre des transmissions pour éclairer l'Etat major».


3 médaillés

CV express

Le lieutenant-colonel Richard Claus sert comme chef de section au sein de la 27e CCTM (compagnie de commandement et de transmissions de montagne) de 2001 à 2004, il rejoint les écoles de Saint-Cyr Coëtquidan, en qualité d'officier adjoint. En 2006, il retourne à la CCTM de Varces pour en prendre le commandement en 2007. Après avoir réalisé l'école de guerre en 2012, il sert de 2013 à 2015 au sein de la direction des études et de la prospective des transmissions.

En 2015, il rejoint le 48e RT en qualité de chef du bureau opérations instruction, il rejoint ensuite, en 2017, le centre des opérations interarmées de la zone de défense Ile-de-France comme sous-chef d'Etat-major puis chef d'Etat-major par intérim de l'opération Sentinelle Paris. Affecté en 2018 à la direction interarmées des réseaux d'infrastructure des systèmes d'information, il commande le centre des opérations.

Hier, lors de la cérémonie, trois militaires ont été décorés. Le majorEric Level s'est vu conférer la médaille militaire. L'adjudant-chef Didier Théodores'est vu conférer la médaille militaire. Le capitaine Patrick Niort a été fait officier de l'ordre national du Mérite.

 

SOURCE ET DROITS : ladepeche.fr - Jérôme Schrepf