L'ARME FRANÇAISE S'ÉQUIPE DE MINI DRONES POUR REMPLACER SES ÉCLAIREURS

Le Black Hornet 3, un engin rapide et efficace

Le modèle de drones dont l’armée française va faire l’acquisition est le Black Hornet 3. Vendu 40 000€ par paire avec ses équipements, il ressemble à un petit hélicoptère et n’est guère plus grand que votre main. Le summum de la discrétion. Il pèse 33 grammes pour une longueur de 17 centimètres. Il est capable d’entretenir une liaison radio dans un périmètre de deux kilomètres. Le tout en étant protégé du brouillage par une clé de chiffrement AES de 256 bits. Par conséquent, la crainte de le voir mis en échec par un adversaire est peu probable. De plus, il peut atteindre les 21 km/h pendant 25 min et à une portée pouvant atteindre 2 km.

Des capacités visuelles conséquentes qui ont fait leurs preuves

Le Black Hornet 3 est muni de 3 caméras haute définition et d’un capteur thermique ou chimique, ce qui lui permet une récolte d’informations extrêmement efficace. En effet, ses caméras lui permettent de scruter ce qui se passe devant et dessous lui, pour lui offrir un champ de vision proche des 180°. Par ailleurs, les caméras peuvent être remplacées par un capteur infrarouge lors des missions de nuit.  

L'armée française n'en est toutefois pas à son coup d'essai puisqu'elle utiliserait l'ancienne génération de Black Hornet depuis 2016 et aurait dernièrement déployé ses nanodrones au Sahel et au Sahara dans le cadre de l'opération Barkhane.

Outre l’achat de ces drones, un nouveau rafale ultra-connecté est en projet et un programme de bug bounty a été lancé il y a peu afin de repérer les failles dans nos systèmes de défense.