HOMMAGE NATIONAL À CEDRIC DE PIERREPONT ET ALAIN BERTONCELLO

Les cercueils de Cédric de Pierrepont, 33 ans et Alain Bertoncello, 28 ans, recouverts du drapeau tricolore, traverseront dans un premier temps la Seine sur le pont Alexandre III, à 10 h, où "tous ceux qui veulent saluer une dernière fois les militaires pourront venir se recueillir", a indiqué le ministère des Armées.

 

Cette tradition d'hommage citoyen aux soldats tombés au combat, sur le plus beau pont de la capitale française, est relativement récente : elle remonte à 2011, à l'initiative d'associations d'anciens combattants et du gouverneur militaire de Paris.

Les cercueils et les portraits des deux militaires seront ensuite disposés côte à côte dans la cour d'honneur des Invalides, où le président Emmanuel Macron fera une brève allocution, suivie de la sonnerie aux morts et de la Marseillaise. Ils recevront aussi, des mains du président français, le titre de chevaliers de la Légion d'honneur. Leurs cercueils seront ensuite portés par leurs camarades des Forces spéciales, clôturant une cérémonie d'environ 45 minutes.

La médaille militaire et la Croix de la valeur militaire

Une cérémonie d'honneurs militaires, réservée aux familles et aux proches des deux membres des Forces spéciales, a déjà eu lieu lundi après-midi aux Invalides, au cours de laquelle le chef d'état-major de la Marine, l'amiral Christophe Prazuck, a présenté ses condoléances aux familles et a décoré les soldats, à titre posthume, de la médaille militaire et de la Croix de la valeur militaire.

Les obsèques d'Alain Bertoncello auront lieu, samedi, chez lui en Haute-Savoie "dans l'intimité familiale". Ceux qui le souhaitent pourront se recueillir devant sa dépouille, à la maison funéraire de la ville d'Annecy. Les obsèques de Cédric de Pierrepont auront lieu mercredi après-midi en l'église de Larmor-Plage, dans le Morbihan.

Lundi, le parquet de Paris a annoncé l'ouverture d'une enquête préliminaire après l'enlèvement et la séquestration des deux Français. Cette enquête a été ouverte pour arrestation, enlèvement, séquestration et détention arbitraire d'otage commis en bande organisée et en relation avec une entreprise terroriste, a précisé le parquet.

Les forces spéciales françaises ont libéré dans la nuit du 9 au 10 mai, au nord-Burkina, quatre otages, deux Français, une Américaine et une Sud-Coréenne, pendant laquelle ces deux militaires ont été tués. Les deux Français, Patrick Picque et Laurent Lassimouillas, avaient été enlevés le 1er mai dernier pendant un séjour touristique au Bénin, pays jusque-là épargné par l'insécurité en Afrique de l'Ouest

SOURCES : AFP-Reuters-France24