Chammal : mission au nord Irak pour le C135-FR au profit des chasseurs de la Coalition internationale

Le 17 juillet 2017, un C135-FR du groupement de ravitaillement en vol 2/91 « Bretagne » réalise une mission opérationnelle au nord de l’Irak. Orbitant plusieurs heures au-dessus du théâtre irako-syrien, le tanker délivre notamment 18 tonnes de carburant au profit de quatre chasseurs américains qui virent ensuite sur l’aile pour se replacer en appui des forces amies au sol combattantDaech.

L’engagement des moyens français déployés dans l’opération Chammal, versant français de l’opération Inherent Resolve, coïncide avec celui d’une Coalition concentrée désormais sur le soutien aux offensives visant à reprendre Raqqa en Syrie et à consolider la reconquête récente de Mossoul en Irak.

Le ravitaillement en vol, réalisé côté français par le C135-FR, est la pierre angulaire qui permet aux chasseurs alliés de mener à bien leurs missions de renseignement ou d’appui aérien, plusieurs heures durant, en Irak comme en Syrie.

Le ravitaillement en vol : une capacité stratégique synonyme d’interopérabilité

Le lendemain, le C135-FR reviendra sur un autre circuit de ravitaillement en vol,  assurant cette fois le soutien en carburant de deux EA6B américains et de deux Tornado allemands en mission de reconnaissance et de soutien. Grâce à ses deux systèmes distincts de ravitaillement en vol (deux nacelles en bout d’aile ou un panier-perche rigide en point central), le tanker français peut ravitailler des avions comme les fameux AWACS, les Eurofighterseuropéens ou le Rafale français.

« Cette double capacité de ravitaillement confère aux Français une place de choix sur le théâtre. C’est une capacité rare de pouvoir ravitailler la quasi-totalité des avions de la Coalition. En effet, nombre de ravitailleurs étrangers ne disposent que d’un seul dispositif de ravitaillement » précise le capitaine Cyril, chef du détachement. 

Pour mettre en œuvre une telle capacité et réaliser six vols en huit jours, à peine le C135 déployé sur le théâtre, une petite vingtaine de spécialistes s’affaire jour et nuit et compose l’ensemble de ce détachement en provenance de la base aérienne d’Istres.

Fort de l’engagement de deux équipages complets pour maintenir un tempo opérationnel maximal, ce détachement s’appuie également sur des expertises variées allant du « Boomer », qui manœuvre la perche et surveille la dangereuse phase de ravitaillement en vol, à l’officier renseignement, sans oublier la douzaine de mécaniciens spécialisés dans chaque domaine d’un l’aéronef  précieux pour réussir les opérations modernes.

Lancée depuis le 19 septembre 2014, l’opération Chammal représente la participation française à l’OIR (Opération Inherent Resolve) et mobilise aujourd’hui près de 1 200 militaires. A la demande du gouvernement irakien et en coordination avec les alliés de la France présents dans la région, l’opération Chammal repose sur deux piliers complémentaires : un pilier « formation », au profit d’unités de sécurité nationales irakiennes et un pilier «  appui », consistant à soutenir l’action des forces locales engagées au sol contre Daech au travers de la Task Force Wagram et à frapper les capacités militaires du groupe terroriste à l’aide du système d’armes RAFALE.

Sources : État-major des armées 
Droits : EMA