CHAMMAL : le canon CAESAR en première ligne contre Daech

Le canon CAESAR est équipé d’un canon de 155 mm, de huit mètres de long, monté sur plate-forme arrière d’un camion. Ce système d’armes de 18 tonnes, d’une cadence de tir de six coups par minute, permet d’atteindre une cible jusqu’à 38 km. La cabine de l’équipage peut recevoir une mitrailleuse de 12,7 mm, télé-opérée depuis l’intérieur du véhicule. Chaque canon comprend un système de chargement automatique avec une dotation de trente obus. Il est mis en œuvre par un équipage de cinq artilleurs. Le CAESAR permet d’assurer un appui feu puissant, précis et immédiat.

Entrés en service en 2008, les canons CAESAR ont déjà eu l’occasion de démontrer leur performance et leur fiabilité sur d’autres théâtres d’opérations. « Si la finalité d’emploi est la même sur les différents théâtres de projection, puisqu’en Irak nous participons au pilier appui de l’opération Chammal, l’environnement est en revanche totalement différent. Ici nous sommes pleinement intégrés au sein de la coalition : nous n’agissons pas en franco-français. De plus, en Syrie, il n’y a pas de troupes françaises au sol, contrairement aux précédents engagements en Afghanistan et au Mali » ajoute le capitaine Luc.

Transportable par les airs et polyvalent, le CAESAR est une arme beaucoup plus mobile qu'un obusier classique. Sa rapidité d’emploi est inégalable : « En cas d’urgence, le CAESAR peut être mis en place en une minute seulement, le temps de le sortir de son hangar, de le positionner et d’ajuster les tirs » explique le capitaine Luc, intégré au sein de la Strike Cell (cellule de frappe) de la coalition. « Ainsi il peut se déplacer, tirer et rentrer vers une position sécurisée en un temps adapté au tempo des opérations ».

Près de 120 militaires français sont actuellement déployés, en Irak, au sein de la Task Force Wagram, pour armer les trois canons CAESAR présents depuis le lancement de l’offensive sur Mossoul en octobre 2016. Depuis la libération de cette ville du nord de l’Irak le 10 juillet 2017, la TF Wagram accompagne la campagne de coalition dans sa lutte contre Daech.

Les artilleurs français tirent actuellement, depuis une position au nord-ouest de l’Irak, sur la dernière emprise de Daech située dans la moyenne vallée de l’Euphrate, en Syrie. Leur objectif est d’appuyer l’action des forces démocratiques syriennes engagées au sol.

Parfaitement intégrée au sein de la coalition, la Task Force Wagram est actuellement engagée aux côtés de l’artillerie américaine et irakienne dans les combats contre Daech, elle a réalisé plus de 2 100 missions de tir depuis 2016.

Lancée depuis le 19 septembre 2014, l’opération Chammal représente la participation française à l’OIR (opération Inherent Resolve) et mobilise aujourd’hui près de 1 100 militaires. À la demande du gouvernement irakien et en coordination avec les alliés de la France présents dans la région, l’opération Chammal repose sur deux piliers complémentaires : un pilier « formation» au profit d’unités de sécurité nationale irakiennes et un pilier « appui » consistant à soutenir l’action des forces locales engagées au sol contre Daech et à frapper les capacités militaires du groupe terroriste.

Sources : État-major des armées 
Droits : Ministère de la Défense